abbaye18csa

Abbaye suivi d’un nom de saint ou de sainte

Saint Ambroix-Saint Micchel

Saint Ambroix.
18 Abbaye-Saint-Ambroix-de-Bourges. Cne de Bourges. Burgus qui vocatur Brisiacus, 2 août 1012 (A.D. 18-12 H 4 ; Gallia Christiana, t. II, Instrumenta, col. 50) ; Giraudus abbas Sancti Ambrosii, 1194 (Cartulaire de Saint-Sulpice de Bourges, supplément XXVIII, p. 292) ; Abbatia Sancti Ambrosii, ordinis Sancti Augustinii, XIIIe s. (A.D. 18-1 G 3, Pouillé de Bourges, p. 24) ; Abbas Sancti Ambrosii, 1327 (Pouillé de Bourges, p. 26) ; Abbas et conventus Sancti Ambrosii Bituricensis, 1351 (Pouillé de Bourges, p. 59) ; Aux religieulx de Sainct Ambroix de Bourges, février 1357 (A.N.-JJ 84, n° 775, fol. 387) ; Sainct Amboise, 1er juillet 1400 (A.N.-JJ 155, n° 80, fol. 46) ; L’abbaye de Sainct Ambrois de Bourges, mars 1498 (A.N.-JJ 229, n° 87, fol. 40) ; L’Abbaye Sainct Ambroys, de l’ordre Sainct Augustin, assize au dedans des murs de la cité, 1567 (Nicolay, Description générale de Berry, p. 47, 203) ; Saint Ambroise, 1705 (B.M. de Bourges, plan Nicolas de Fer) ; Abbaye Saint Ambroix ou Ambroise, est une église abbatiale et en même temps paroissiale, et est desservie par les chanoines réguliers de l’ordre de Saint Augustin de la Congrégation de France, l’un desquels est curé, Sanctus Ambrosius, 5 septembre 1766 (A.D. 18-2 F 147, fol. 8) ; Abbaye Saint Ambroix ou Ambroise, évêque de Cahors, Saint Pierre et Saint Paul, titulaires : ordre de Saint Augustin, chanoines réguliers de congrégation de France, patron : le Roi et le Pape, 5 septembre 1766 (A.D. 18-2 F 147, fol. 48) ; Abbaye Saint Ambroix, paroisse Saint Ambroix, ordre de chanoine régulier de Saint Augustin, patron : le Roy, collateur : bulles, congrégation de France, 1772 (Pouillé de Bourges, t. 2, fol. 21b-22a, 30a) ; Saint Ambroix, ex couvent, 1814 (Cadastre K). Bien National. Le cadastre de 1814 note : église. Abbaye de chanoines réguliers de l’ordre de Saint-Augustin, fondée vers 990 par Geoffroy, vicomte de Bourges, sur l’emplacement du Bourg Brisiacus, sous les murs de Bourges ; victorins en 1521. Confirmation des Lettres de 1168 par lesquelles ont été reconnus les droits et privilèges de l’abbaye Saint-Ambroix de Bourges, 1455 (A.N.-JJ 187, n° 146, fol. 75). Vendue en 1791, démolie en 1828. A.D. 18-12 H 1-176.

Saint André.
28 Abbaye-Saint-André-de-Chartres. Cne de Chartres. Abbaye de chanoines réguliers de l’ordre de Saint-Augustin, fondée avant 1092. Devenue collégiale et paroissiale, elle fut le chef-lieu de la paroisse Saint-André.

Saint Avit.
28 Abbaye-Saint-Avit-lès-Châteaudun. Cne de Saint-Denis-les-Ponts. Sanctus Avitus Castridun[i], vers 1272 (Pouillé de Sens, p. 124) ; Abbatia Sancti Aviti, 1351 (Pouillé de Sens, p. 154) ; Abbatissa Sancti Aviti, fin XVe s. (Pouillé de Sens, p. 202) ; Abbatissa Sancti Aviti Castridunensis, fin XVe s. (Pouillé de Sens, p. 204) ; Abbatissa Sancti Aviti, vers 1508 (Pouillé de Tours, p. 110, 114) ; Les dames relligieuses, abbesse de l’Abbaye et monastère de Sainct Avit lez Chasteaudun, 1559 (A-N.-P 602, n° 35) ; Jacqueline d’Illiers, humble abbesse et relligieuses de l’Abbaie de Sainct Avy les Chasteaudun, ordre de Sainct Benoist, ou diocèse de Chartres, 23 novembre 1612 (A.N.-P 602, n° 33) ; Marchés de Catherine d'Illiers abbesse de Saint Avit, avec François Boullay, charpentier, et Jean Mauger, couvreur, pour la restauration du clocher de l’église abbatiale de Saint Avit, mars 1623 (A.D. 28-E 3326) ; Les abbesse, relligieuses et couvent de l‘Abbaye royalle de Sainct Avit les Chasteaudun, ordre de Sainct Benoist, 22 mai 1700 (A.N.-P 602, n° 38) ; Abbaye Saint Avyt, abbaye de filles, ordre de Saint Benoist, collateur et présentateur : le Roy, paroisse de Saint Denis des Ponts, 1738 (Pouillé de Chartres, p. 6) ; Saint Avit, Abbaye de Filles, Ordre de Saint Benoît, XVIIIe s. (Carte de Cassini) ; Saint Avit, 1833 (Cadastre) ; L’Abbaye, 1971 (Cadastre). Abbaye de religieux fondée vers 521 par le roi Clotaire Ier pour saint Avit, abbé de Micy-lès-Orléans ; abbaye de bénédictines en 1045, fondée par Gannelon, trésorier séculier de la collégiale Saint-Martin de Tours. Cartulaire : Bibliothèque de l’Arsenal-Ms 1008 ; B.M. d’Orléans, Ms 394B et 435bis. A.D. 28-H 4226-4542, 4973-4979. A.D. 28-H 4226-4542, 4973-4979. A.D. 41-46 H 1-3.

Saint Benoît.
45 Abbaye-Saint-Benoît-de-Fleury. Cne de Saint-Benoît-sur-Loire. Monasterium Sanctae Mariae, Sancti Petri et Sancti Benedicti Floriacense, vers 941 (Recueil des chartes de Saint-Benoît-sur-Loire, t. 1, p. 122) ; Monasterium Floriacense, quod est constructum in honore Sanctae Mariae et Sancti Petri, principis apostolorum, sanctique Benedicti confessoris, ubi ipse beatus Benedictus corpore requiescit, in pago Aurelianensi, super fluvium Ligeris, 967 (Recueil des chartes de Saint-Benoît-sur-Loire, t. 1, p. 137) ; Ecclesia Floriacensis dicta, quae est in honore beatae Dei genitricis Mariae, ubi dicitur requiescere beatus Benedictus [in] corpore, 1075 (Chartes de Saint-Benoît-sur-Loire, t. 1, p. 220, charte d’un évêque de Troyes) ; Abbas Sancti Benedicti super Ligerim, 1181 (Actes de Philippe II Auguste, n° 34) ; Abbati Sancti Benedicti Floriacensis, 29 mars 1228 (Archives du Vatican, registre de Grégoire IX) ; Abbas Sancti Benedicti super Ligerim, 1327 (Pouillé de Bourges, p. 39) ; Abbatis Sancti Benedicti, vers 1350 (Pouillé de Sens, p. 41, 42, 44, 54) ; Abbatis Sancti Benedicti Floriacensis, vers 1350 (Pouillé de Sens, p. 51) ; Abbas monasterii Sancti Benedicti Flor[i]acensis, conventus dicti monasterii, 1369-1370 (Pouillé de Sens, p. 333) ; L’abbé de Sainct Benoist, juin 1447 (A.N.-JJ 178, n° 198, fol. 114 v°) ; Abbas Sancti Benedicti Floriacensis, ordinis Sancti Benedicti, XVIe s. (Pouillé de Sens, p. 337) ; Abbaye Saint Benoist de Fleury sur Loire, 1573 (M. Prou, Les coutumes de Lorris, p. 175) ; Abbas Sancti Benedicti Floiracensis cum conventu supra Ligerim ordinis Sancti Benedicti, Abbé de Saint Benoist de Fleury, 1615 (Charles de La Saussaye, Annales Ecclesiae, p. 785) ; Abbas Floriacensis super Ligerim, 1648 (Pouillé de Bourges, p. 112, 119, 138) ; Abbas Sancti Benedicti super Ligerim, 1648 (Pouillé de Bourges, p. 118, 119, 122) ; Terrier de la châtellenie de Saint Benoît sur Loire, 1747 (A.D. 18-1 G 129-130) ; Abbaye Saint Benoist, XVIIIe s. (Carte de Cassini). Autorisation donnée au couvent de Saint-Benoît-sur-Loire de ressortir à la juridiction du bailliage d’Orléans, mais non à sa prévôté, mai 1377 (A.N.-JJ 110, n° 316, fol. 185 v°). Abbaye bénédictine dont la mense abbatiale fut unie à l’archevêché de Bourges en septembre 1772 (A.D. 18-1 G 120). Bénédictins de la Congrégation de la Pierre-qui-Vire depuis 1946. Cartulaire : A.D. 45-H.

Saint Chéron.
28 Abbaye-Saint-Chéron-de-Chartres. Cne de Chartres. Abbatia Sancti Karauni, 1109 (B.N.- Ms Latin 11.063, Cartulaire Saint-Jean-en-Vallée de Chartres) ; Abbas Sancti Karauni Carnotensis, 1125 (A.D. 28-G, chapitre Notre-Dame de Chartres) ; Bulle d'Eugène III confirmant l’établissement des chanoines réguliers de Saint Augustin dans l'abbaye de Saint Chéron, 1150  (A.D. 28-H 2792) ; Apud Sanctum Karaunum, que dicitur censiva Isembardi de Galardone, vers 1272 (Pouillé de Sens, p. 105) ; Abbatia Sancti Karauni Carnotensis, 1320 (Pouillé de Sens, p. 140) ; Abbacia Sancti Carauni cum prioratu Sancti Bartholomei, 1351 (Pouillé de Sens, p. 179) ; Abbas Sancti Carauni, religiosi eligunt futurum abbatem, obtenta licencia ab episcopo Carnotensi et electioem idem episcopus confirmat, fin XVe s. (Pouillé de Sens, p. 188) ; État des papiers concernant l'abbaye de Saint Chéron qui se trouvent dans le chartrier de l'abbaye de Sainte Geneviève, 1606-1740 (A.D. 28-H 2791) ; Terrier de l'abbaye de Saint Chéron, 1655-1661 (A.D. 28-H 2816) ;  Procès verbal dressé en l'abbaye de Saint Chéron pour l'introduction de la reforme de l'ordre des chanoines réguliers de Saint Augustin, 1623 (A.D. 28-H 2808) ; Terrier de l'abbaye de Saint Chéron, 1680 (A.D. 28-H 2814) ; Déclaration et dénombrement des fiefs, terres, seigneuries, biens et droits appartenant à l'abbaye de Saint Chéron, 1692-1712 (A.D. 28-H 2812) ; Saint Chéron, 1724 (B.M. de Chartres, Veue de la ville de Chartres, gravure) ; Terrier de l'abbaye de Saint Chéron, 1736 (A.D. 28-H 2818) ; Abbaye Saint Chéron, Ordre de Saint Augustin, collateur et présentateur : le Roy, paroisse de Saint Chéron lez Chartres, 1738 (Pouillé de Chartres, p. 4, 29) ; Bail de la maison abbatiale de Saint Chéron, 1785 (A.D. 28-H 2809) ; Inventaire du couvent de Saint Chéron les Chartres, 1790 (A.D. 28-H 4898) ; La maison conventuelle de l’abbaye de Saint Chéron lès Chartres, 21 janvier 1791 (A.D. 28-1 Q 1, P.V. 9 n° 47. Biens Nationaux) ; Lycée Fulbert, septembre 1993. Abbaye fondée vers 599 sur le tombeau de saint Chéron ; chanoines réguliers au XIe s. ; chanoines réguliers de l’ordre de Saint-Augustin en 1149, introduits par Guillaume de Leuges, évêque de Chartres ; chanoines réguliers de l’ordre de Sainte-Geneviève ou génovéfains en 1623. Fief. Bien National. Cartulaire : B.N.-Ms lat. 5148. A.D. 28-H 2790-3023, 4893-4899.

Saint Cyran.
36 Abbaye-Saint-Cyran. Cne de Saint-Michel-en-Brenne. Bernardus Sancti Sigiranni abbas, 1066 (Charte d’Aymon, archevêque de Bourges) ; Umbaldi, abbatis Sancti Sigiranni in Brena, vers 1112 (B.N.-Ms Latin 12.742, fol. 537) ; Abbatia Sancti Sigiranni, 3 janvier 1183 (A.D. 18-1 G 28, pièce 1, bulle du pape Lucius III) ; Abbatia Sancti Sigiranni, 1201 ; Abbatia Sancti Sigiranni in Brena, 1269 ; Sanctus Girandus en Braye, vers 1250 (A.D. 18-1 G 3, Pouillé de Bourges, p. 145) ; Abbatia Sancti Sigiranni in Brena, XIIIe s. (A.D. 18-1 G 3, Pouillé de Bourges, p. 21) ; Abbatia Sancti Sigiranni in Brenna, ordinis Sancti Benedicti, XIIIe s. (A.D. 18-1 G 3, Pouillé de Bourges, p. 25) ; Abbas Sancti Sigiranni in Brena, 1351 (Pouillé de Bourges, p. 67) ; L’Abbaye de Sainct Syran, 1567 (Nicolay, Description générale de Berry, p. 203) ; Le fief, chastellenie, terre et seigneurie de Saint Cyran en Brenne, appartenant aux religieux, abbé et couvent dud. lieu, paroisse de Saint Michel en Brenne, 1639 (B.N.-Fonds Châtre de Cangé, n° 4835, Roolle des fiefz de Touraine, roolle de Buzançais, fol. 17) ; Abbatem Sancti Sigirani, Ordinis Sancti Benedicti, 1648 (Pouillé de Bourges, p. 106) ; Abbas Sancti Si[gis]ranni, 1648 (Pouillé de Bourges, p. 127) ; Abbas Sancti Sigirani, 1648 (Pouillé de Bourges, p. 135, 136, 137) ; Arrêt ordonnant qu’en attendant les bulles d’union de l’abbaye de Saint Cyran à l’évêché de Nevers, Mgr Fontaine, évêque de Nevers, continuera les poursuites commencées pour l’obtention de ces bulles et jouira cependant des fruits de la manse abbatiale, à charge d’en rendre compte aux héritiers de son prédécesseur, mercredi 12 mars 1721 (A.N.-E 2027, fol. 118-122) ; Arrêt commettant M. de Couteilles, intendant de Bourges, pour procéder à l’exécution de l’arrêt du conseil du 12 mars 1721, relatif à l’union des revenus de l’abbaye de Saint Cyran à l’évêché de Nevers et pour juger les contestations nées et à naître à ce sujet, lundi 8 septembre 1721 (A.N.-E 2020, fol. 61-65) ; Arrêt prorogeant de 2 ans la jouissance des revenus de l’abbaye de Saint Cyran, accordée à Mgr Fontaine, évêque de Nevers, par l’arrêt du Conseil du 12 mars 1721, samedi 6 mars 1723 (A.N.-E 2047, fol. 245-249) ; L’Église de l’Abbaye de Saint Ciran, ordre ancien de Saint Benoist, où nous avons esté reçu par Me Antoine Moveau, chanoine régulier de Sainte Croix de la Bretonnerie, chapellain de lad. église et chargé d’y aquitter une messe tous les jours au lieu et place de la communauté qui existoit cy devant en lad. abbaye, 5 septembre 1736 (A.D. 18-Mi 23, t. 2, fol. 610) ; Abbaye Saint Siran, Sanctus Sigirannus de Longoreto, ordre de Saint Benoît, sans église et sans religieux, et supprimée, 5 septembre 1766 (A.D. 18-2 F 147, fol. 11) ; Abbaye Saint Siran, patron, sans église, Notre Dame, titulaire, de Saint Siran en Brenne, d’hommes, ordre de Saint Benoît, Sanctus Sigirannus alias Longeretum ou Longoretum, et monasterium Longeratente, entièrement unie à l’évêché de Nevers, 5 septembre 1766 (A.D. 18-2 F 147, fol. 79) ; Abbaye Saint Cyran, paroisse Saint Ciran du Jambot, ordre de Saint Benoist, patron : le Roy, collateur : bulles, réunie à l’évêché de Nevers le 10 mars 1739, 1772 (Pouillé de Bourges, t. 2, fol. 21b-22a) ; Saint Cyran, XVIIIe s. (Carte de Cassini) ; La ci devant abbaye de Saint Ciran, 23 juin 1790 (AD. 36-2 Q. Biens Nationaux) ; Saint Ciran, 1836 (Cadastre) ; Saint Cyran, 1950 (Cadastre). Abbaye de bénédictins, fondée sur le territoire de Lonrey, supprimée en 1716, réunie à l’évêché de Nevers (A.D. 18-2 G 15, 255), l’archevêque de Bourges se réservant le droit de présentation aux cures. Le cadastre de 1950 note : Monument aux Morts, Puits.

Saint Eusice.
41 Abbaye-Saint-Eusice-de-Selles-sur-Cher. Cne de Selles-sur-Cher. L’Abbaye de Celles ne fut rétabli et la règle de Saint Augustin ne s’y introduisit qu’en 1145 (A.D. 41-30 H 31, fol. 71) ; De Oliveto et de Cella abbatibus, 1194 (Cartulaire de Saint-Sulpice de Bourges, supplément XXXI, p. 295) ; Abbatia de Cellis Sancti Eusicii, 1220 (A.D. 18-1 G 3, Cartulaire de l’archevêché de Bourges, p. 200, n° 44) ; Abbati et conventui Beati Eusicii de Cellis, avril 1233 (B.N.-Ms Latin 9.863) ; Abbatia de Cellis, XIIIe s. (A.D. 18-1 G 3, Pouillé de Bourges, p. 20) ; Abbatia de Cellis, ordinis Sancti Augustini, XIIIe s. (A.D. 18-1 G 3, Pouillé de Bourges, p. 25) ; L’Abbaye de La Celle Saint Eusice, 23 août 1303 (A.N.-Ba 24) ; Abbas de Cellis, ordinis Sancti Augustini, 1327 (Pouillé de Bourges, p. 41) ; Abbas de Cellis Sancti Eusicii, 1351 (Pouillé de Bourges, p. 71) ; L’Abbaye de Selles Sainct Eurice, 1567 (Nicolay, Description générale de Berry, p. 204) ; Lettres patentes du roi Henri IV ordonnant que tous les bénéfices dépendant de l’abbaye de Celles en Berry qui viendront à vaquer, demeureront éteints et supprimés pour être unis et incorporés à la mense conventuelle, 1607 (A.D. 41-30 H 26, pièce 37) ; Lettres Patentes portant union de l’abbaye de Celles en Berry à la congrégation des Feuillants, 1611 (A.D. 41-30 H 31, fol. 80) ; Abbatem de Cellis Sancti Eusitii, Ordinis Sancti Augustini, 1648 (Pouillé de Bourges, p. 106) ; Acte du chapitre général de la congrégation de Saint victor portant désistement de tous ses droits sur l’abbaye de Celles, qui n’avait pas encore été unie à ladite congrégation, 1609 (A.D. 41-30 H 26, pièce 43) ; Notes sur l’arrivée à Celles en Berry des Feuillants appelés dans l’abbaye par messire Philippe de Béthune, seigneur de Celles, 1612 (A.D. 41-30 H 29, fol. 1) ; Abbas Beatae Mariae de Cellis, 1648 (Pouillé de Bourges, p. 139, 140) ; Abbaye de Celles en Berri, de Cella Sancta Maria, régulière, Olim Cella Sancti Eusilii, seu Eupsichii, ordre de Citeaux, aux Feuillants, 5 septembre 1766 (A.D. 18-2 F 147, fol. 11) ; Saint Eusice, 27 novembre, patron de l’abbaye, Notre Dame, patron de la paroisse qui est dans l’église abbatiale, 5 septembre 1766 (A.D. 18-2 F 147, fol. 18) ; Abbaye Notre Dame et Saint Eusice de Celles ou Selles en Berry, d’hommes, de l’ordre de Citeaux, aux Feuillants, Cella seu Cella Sancti Eusicii seu Euxsisstii, patron : abbé régulier, électif et triennal, 5 septembre 1766 (A.D. 18-2 F 147, fol. 84) ; Abbaye Saint Eusice de Selles, paroisse de Selles en Berry, ordre de Feuillants, patron : le Roy, collateur : bulles, titulaire : électif triennal, 1772 (Pouillé de Bourges, t. 2, fol. 23b-24a) ; Inventaire des titres de l’abbaye de Celles en Berry, 1777 (A.D. 41-30 H 29-32). Abbaye fondée par saint Eusice sous forme d’ermitage en 532, clercs en 1020, bénédictins de Marmoutier en 1140, chanoines réguliers de l’ordre de Sant-Augustin 1145 (A.D. 41-30 H 31, fol. 71), feuillants en mars 1612 (A.D. 41-30 H 31, fol. 81). Cartulaire : B.N.-Ms lat. 12742 (mention). A.D. 41-30 H 1-32.

Saint Euverte.
45 Abbaye-Saint-Euverte. Cne d’Orléans. Monasterium Sancti Evurtii, 954-972 (Actes de Lothaire, n° 33, p. 81) ; Monasterium Sancti Evurtii, 9 juin 979 (Actes de Louis V, n° 69, p. 170) ; Monasterium Sancti Evurtii, novembre 990 (Cartulaire de Sainte-Croix d’Orléans, charte 39, p. 79) ; Canonici aecclesiae Sanctae Mariae et Sancti Evurtii, 1027 (A.D. 45-H, abbaye de Saint-Euverte) ; Canonici Beati Evurcii, 1132 (A.D. 45-H, abbaye de Saint-Euverte) ; G. Sancti E[vultii] dictus abbas, vers 1215 (B.M. d’Angers, Summa dictaminis, Ms 303, fol. 19) ; De Sancto Yvurcio Aurelianensi, 1220 (A.D. 45-B, archives de l’Hôtel-Dieu d’Orléans) ; Sanctus Euvurcius, 1291-1292 (A.D. 45-D 601) ; Saint Yvurtre, XIIIe s. (Jean de Meung, Roman de la Rose) ; Saint Evurte, XVe s. (A.D. 45-B, archives de l’Hôtel-Dieu d’Orléans) ; Saint Evurtre d’Orliens, 1460 (A.D. 45-H, Saint-Euverte) ; Les religieux de l’esglise Sainct Euverte d’Orléans, 3 juillet 1470 (A.N.-JJ 196, n° 187, fol. 120) ; Esglise de Monsieur Saint Euvertre, 1473 (A.D. 45-C 116) ; Maistre Charles de Blancafort, protonotaire du Sainct Siège, abbé commendataire de l’abbaye de Sainct Euverte d’Orléans, avril 1496 (A.N.-JJ 227, n° 168, fol. 84) ; Abbas Sancti Euvertii Aurelianensis, ordinis Sancti Augustini, XVIe s. (Pouillé de Sens, p. 337) ; Abbas Sancti Euvertii Aurelianensis cum conventu ordinis Sancti Augustini, Abbé de Saint Euverte, 1615 (Charles de La Saussaye, Annales Ecclesiae, p. 785) ; Arrêt accordant au Sr Jean Baptiste Florimond Joseph de Meffray de Cesarges, la permission de jouir des fruits de l’abbaye de Saint Euverte, et de passer les baux, bien qu’il n’en ait pas encore obtenu les bulles en cours de Rome, samedi 17 décembre 1774 (A.N.-E 2504, fol. 598) ; Arrêt approuvant les baux emphytéotiques passés par le Sr Jean Baptiste Florimond Joseph de Mesfray de Cesarges, de plusieurs biens dépendant de l’abbaye royale de Saint euverte d’Orléans, dont il est pourvu depuis peu, vendredi 1er novembre 1776 (A.N.-E 2522, fol. 244-245. Lettres patentes jointes). Abbaye de chanoines réguliers de l’ordre de Saint-Augustin. Cartulaire : A.D. 45-H ; B.N.-Ms lat. 10089, 12682, 12739, 12775, 17049, Ms français 08783, Coll. Baluze t. 78 ; B.M. d’Orléans-Ms 596.

Saint Florentin et Saint Hilaire.
28 Abbaye-Saint-Florentin-et-Saint-Hilaire-de-Bonneval. Cne de Bonneval. Monasterium Sanctorum Marcellini, Petri, Florentini et Hilarii de Bona Valle, Xe s. (Gallia Christiana, t. VIII, Instrumenta, col. 1.234) ; Sanctus Florentinus, 1123 (B.N.-Ms Latin 9223 Cartulaire Notre-Dame de Josaphat, fol. 7) ; Abbatia Bonevallis, 1320 (Pouillé de Sens, p. 135) ; Abbatia Bone Vallis, 1351 (Pouillé de Sens, p. 153) ; Aux religieux de Sainct Florentin de Bonneval, août 1355 (A.N.-JJ 84, n° 222, fol. 132) ; Abbas Bonevallis, fin XVe s. (Pouillé de Sens, p. 202) ; Petit Cartulaire de l'abbaye de Bonneval, XIVe s. (A.D. 28-H 606) ; Terrier de l'abbaye de Bonneval, 1565 (A.D. 28-H 652) ; Terrier de l'abbaye de Bonneval, 1614 (A.D. 28-H 655) ; Aveux et dénombrements au duché de Chartres pour les biens de l'abbaye de Bonneval, 1682-1685 (A.D. 28-H 667, 1005) ; Abbaye Saint Florent de Bonneval, ordre de Saint Benoist, collateur et présentateur : le Roy, paroisse de Bonneval, 1738 (Pouillé de Chartres, p. 6, 28) ; L’Abbaye royale de Saint Florentin de Bonneval, 17 mars 1791 (A.D. 28-1 Q 77, P.V. n° 25. Biens Nationaux) ; L’Abbaye, 1831 (Cadastre). Prieuré Saint Pierre et Saint Marcellin de Bonneval, en 875. Le changement de saints patrons s’explique par la présence des nouvelles reliques. Abbaye de bénédictins fondée en 841 sous le vocable des saints Pierre et Marcellin, par Charles le Chauve et le seigneur Foulques (B.M. de Chartres, Ms 1054, pouillé, années 1109, 1111, 1112, 1114, 1115, 1225). La translation des reliques des saints Florentin et Hilaire en 875, relégua au 2d plan le culte des 2 1rs saints. Abbaye affiliée à la congrégation de Saint-Maur en 1644 (A.D. 28-H 629). Filature sous la Révolution, colonie pénitentiaire, hôpital psychiatrique. Cartulaire : B.N.-Ms lat. 17139, Coll. Baluze t. 38 ; B.M. de Chartres-Ms 1112 ; A.D. 28-H 606, 607 ; B.M. d’Orléans-Ms 556, 435bis. A.D. 28-H 606-987, 4747-4763. Fief.

Saint Georges.
41 Abbaye-Saint-Georges-du-Bois. Cne de Saint-Martin-des-Bois. Monasteriolum in honore Sancti Georgii constructum, entre 532 et 543, (Actus Pontificicum Cenomannis in urbe degentium, éd. G. Busson et A. Ledru, p. 58) ; In venerabilem virum religiosum Petrum, abbatem Sancti Georgii de Nemore, août 1243 (Cartulaire de Beaugency, charte 13, p. 21) ; Beati Georgii de Nemore, Cenomanensis dyocesis, 19 décembre 1293 (Cartulaire de Beaugency, charte 134, p. 152) ; Ad Patronatum abbatis Sancti Georgii de Bosco, vers 1300 (Pouillé de Tours, p. 11) ; Abbas Sancti Georgii de Nemore, vers 1330 (Pouillé de Tours, p. 26) ; Ad abbatem Sancti Georgii de Bosco, XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 33 et 37) ; Abbatia Sancti Georgii de Nemore, fin XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 387) ; Sanctus Georgius de Silva ou de Nemore, XIe-XVe s. (Cartulaire Blésois de Marmoutier, charte 8, 9, 119, 255, 610 ; Cartulaire de Vendôme, charte 54, 397, 460, 512, 515, 723, 817, 953 ; Chartes Vendômoises, n° 117, 119, 356 ; Cartulaire Vendômois de Marmoutier, charte 26, 122, 11A, 12A, 45A) ; Abbas Sancti Georgii de Nemore, ordinis Sancti Augustini, vers 1508 (Pouillé de Tours, p. 99) ; Abbas Sancti Georgi de Nemore, vers 1508 (Pouillé de Tours, p. 114 [Egidii], 150) ; Saint Georges du Bois, XVIIIe s. (Carte de Cassini) ; La ci devant abbaye de Saint Georges du Bois, paroisse de Saint Pierre du Bois, 1791 (A.D. 41-1 Q 1, P.V. n° 531, 539, 541. Biens Nationaux) ; Saint Georges, 1825 (Cadastre) ; Le château de Saint Georges, 18 novembre 1838, 5 décembre 1848 (acte de vente). Abbaye de chanoines réguliers de l’ordre de Saint-Augustin, qui aurait été fondée entre 532 et 543, à l’initiative du roi Childebert 1er et de la reine Ultrogothe, in condita Labriciense, et sous l’autorité de l’évêque Innocent du Mans, d’après Actus Pontificicum Cenomannis in urbe degentium (éd. G. Busson et A. Ledru, p. 58-59 ; 195-197) ; abbaye de prémontrés en 1725. A.D. 41-43 H 1-20.

Saint Gildas.
36 Abbaye-Saint-Gildas. Cne de Châteauroux. Cum religiosi viri abbas et conventus Sancti Gildasii de Castro Radulphi, juillet 1299 (La Thaumassière, Coutumes locales, p. 118). L’abbaye est sécularisé en 1621 sous le nom de collégiale Notre-Dame et Saint-Martin.

Saint Hippolyte.
18 Abbaye-Saint-Hippolyte. Cne de Bourges. Abbatissa Sancti Ypoliti Bituricensis, 3 janvier 1183 (A.D. 18-1 G 28, pièce 1, bulle du pape Lucius III) ; A Convetus Sancti Ypoliti, mai 1216 (A.D. 18-14 G 2, testament d’Eudes Trousseau) ; Abbatissa Sancti Ypoliti Bituricensis, 1327 (Pouillé de Bourges, p. 26) ; Abbatissa Sancti Ypoliti Bituricensis, 1351 (Pouillé de Bourges, p. 59) ; L’ancienne abbaye de Saint Hyppolite est située dans la paroisse de Saint Jean le Vieux, 5 septembre 1766 (A.D. 18-2 F 147, fol. 9). Abbaye de religieuses, unie à la Sainte-Chapelle de Bourges en 1394, occupée par les prêtres de l’Oratoire en 1624, rue des Armuriers. A.D. 18-8 G 1464-1467, 1490.

Saint Jean.
28 L’Ancienne-Abbaye-Saint-Jean. Cne Mainvilliers. L’Ancienne Abbaye Saint Jean, 1809 (Cadastre). Partie de l’abbaye Saint-Jean-en-Vallée, de Chartres.
28 Abbaye-Saint-Jean-en-Vallée. Cne de Chartres. Ecclesie Sancti Johannis Baptiste nostro [Eudes, comte palatin] tempore constructe, 1028 (A.D. 28-H 308) ; Sanctus Johannes Carnotensis, 1056 (A.D. 28-G, chapitre Notre-Dame de Chartres) ; Investigavimus qualiter in hac urbe tel in suburbio aliquam haberemus ecclesiam in qua devota fidelium concio devotam et Deo clignant canon icam ageret vitam, nunc tandem Salvatoris nostri Jesu Christi magna et inexplicabilis benignitas Beati Johannis Valiacensis ecelesiant, locum scilicet opportunum et tain sacris institutionibus amplissimum, utpote a populari strepitu civitatis aliquantisper sepositum nobis obtulit […] ego [Ives, évêque de Chartres] ita que in pretaxata Sancti Johannis ecclesia canonicos tales esse decernimus qui, proprietate posthabita, canonicam haberent vitam juxta beati Augustini institutionem, 1099 (A.D. 28-H 3085) ; Sanctus Johannes in Valeia, 1099 (A.D. 28-G 131) ; Abbaye de Saint Jean en Vallée, 1099-1744 (A.D. 28-G 131) ; Abatiam Sancti Johannis ex seculari in regularem convertit, instituit et auxit [Yves, évêque de Chartres], 23 décembre 1115 (Obituaires de Sens, t. 2, p. 26) ; Sanctus Johannes de Valleia, 1128 (B.N.- Ms Latin 11.063, Cartulaire Saint-Jean-en-Vallée de Chartres) ; Inventaire des titres, papiers et documents concernant les biens de l'abbaye de Saint Jean en Vallée, 1136-1769 (A.D. 28-H 3081) ; Abbas Fulcaudus Sancti Johanni de Valeia, 1169 (Cartulaire de Marmoutier pour le Perche, charte 152, p. 157) ; Cum nobis esset denunciatum quod monasterium Sancti Johannis in Valleia Carnotensis, tam in spiritualibus quam temporalibus, esset multipliciter collapsum, et plures de ipso monasterio super vicio incontinencie et aliis gravibus criminibus irretitos, nos, olficii nostri debitum exercere volentes, ad dictum locum accessimus, 1263 (A.D. 28-H 3094) ; Abbatia Sancti Johannis in Valleya, 1320 (Pouillé de Sens, p. 140) ; Abbacia Sancti Johannis de Valleya, 1351 (Pouillé de Sens, p. 178) ; Le Puit de l’abbaye de Sainct Jehan en Vallée de Chartres, octobre 1489 (A.N.-JJ 225, n° 983, fol. 206 v°) ; Abbas Sancti Johannis in Valle, religiosi eligunt futurum abbatem, obtenta licencia ab episcopo Carnotensi et electioem idem episcopus confirmat, fin XVe s. (Pouillé de Sens, p. 188) ; Abbas Sancti Johannis in Valle, fin XVe s. (Pouillé de Sens, p. 202) ; Procès verbal de réforme faite en l'abbaye de Saint Jean en Vallée par Louis Guillard, évesque de Chartres, 1525 (A.D. 28-H 3094) ; Inventaire des papiers concernant les démolitions de l'ancienne abbaye de Saint Jean en Vallée, 1573-1617 (A.D. 28-H 3010) ; Réforme de l'abbaye de Saint Jean en Vallée, 1591-1686 (A.D. 28-H 3081) ; Bail de tout le lieu et pourpris où estoit bastie la dicte abbaye [Saint-Jean en Vallée], jardins et édifices d'icelle, sans aucune chose en réserver, fors les places esquelles estoient basties les églises et cymittiere d'icelle abbaye, sur lesquelles places il ne pourra estre faict aucun labour ni culture, attendu que la dicte terre est saincte et beniste, 1592 (A..D. 28-H 3009) ; Considérant que, à l'occasion du temps des mortallitez, guerres et divisions qui par cy devant et puis naguères ont eu cours en nostre Royaulme, auroyt este mys garnison de gens d'armes en l'abbaye de Saint Jean lorsqu'elle estoit enthiere, et davantage auroit esté la dite abbaye toutte ruynée de fond en comble par le siège que avons mis devant nostre ville de Chartres, et aussy la plus grand part des lectres, papiers, registres, tiltres, cartulaires d'iceulx, censiers, terriers ont este perduz et adirez, 20 juin 1598 (A.D. 28-H 3255) ; Procès verbal de visite de l'église et abbaye de Saint Jean en Vallée par Léonor d'Etampes, évêque de Chartres, et installation des religieux réformés de l'ordre de Saint Augustin, 1626 (A.D. 28-H 3012) ; Transaction entre les religieux réformés de l'abbaye de Saint Jean en Vallée et les anciens religieux de la dite abbaye, 1628 (A.D. 28-H 3013) ; L’Église Saint Jean, chanoines réguliers ou moynes, 1657 (Mérian, Topographia Galliae, Chartres) ; Abbaye Saint Jean, 1724 (B.M. de Chartres, Veue de la ville de Chartres, gravure) ; Abbaye Saint Jean en Vallée, Ordre de Saint Augustin, collateur et présentateur : le Roy, ville de Chartres, 1738 (Pouillé de Chartres, p. 4, 29) ; L’Abbaye royale de Saint Jean de Chartres, 11 mars 1791 (A.D. 28-1 Q 77, P.V. n° 7. Biens Nationaux) ; Le Clos Pichot, 1827 (Cadastre) ; Jardin André Gagnon, 1998 (Cadastre). Abbaye fondée en 1099 par saint Yves, évêque de Chartres, remplaçant des chanoines réguliers fondés près de l’église bâtie avant 1028 par Eudes, comte palatin ; incendiée en 1568, elle se transféra dans celle de Saint-Étienne. Ordre de Saint-Austin. Vallée : confluent du ruisseau du Couasnon et de la rivière de l’Eure. Site bouleversé lors des terrassements liés à l’installation du chemin de fer. Bien National. Cartulaire : B.N.-Ms, lat. 11063, Ms français 5382. A.D. 28-H 3081-3328, 4900-4944. Démolition : A.D. 28-2 O 631.

Saint Julien.
37 Abbaye-Saint-Julien-de-Tours. Cne de Tours. Ad monasterium Sancti Juliani quod est situm in suburbio Turonicae urbis, 940 (Loizeau de Grandmaison, Fragments de chartes du Xe s. provenant de l’abbaye de Saint-Julien de Tours, n° 3) ; Ecclesiae Beati Juliani, quae est sita in suburbio Turonicae urbis, 970 (Loizeau de Grandmaison, Fragments de chartes du Xe s., n° 27) ; Abbate et conventu Beati Juliani Turonensis, août 1231 (Cartulaire de l’archevêque de Tours, p. 88) ; Evrardus, abbas Sancti Juliani, août 1231 (B.N.-Ms Latin, n° 5441, t. 2, fl. 314 v°) ; Patronatus Abbatis Sancti Juliani Turonensis, vers 1300 (Pouillé de Tours, p. 10) ; Ad patronatum abbatis Sancti Juliani Turonensis, vers 1300 (Pouillé de Tours, p. 11, 12) ; Ad abbatem Sancti Juliani, vers 1300 (Pouillé de Tours, p. 13) ; Abbacia Sancti Juliani Turonensis, vers 1330 (Pouillé de Tours, p. 23) ; Abbaye de Sainct Julien de Tours, juillet 1378 (A.N.-JJ 113, n° 102, fol. 42) ; Ad abbatem Sancti Juliani Turonensis, XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 33 et 34) ; Abbati Sancti Juliani, fin XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 41) ; Nicholas de Pont Joubert, moine de Sainct Julien de Tours, février 1401 (A.N.-JJ 155, n° 436, fol. 267) ; L’abbaye de Sainct Julien de Tours, août 1480 (A.N.-JJ 208, n° 94, fol. 51 v°) ; Abbas de Scalaria, vers 1508 (Pouillé de Tours, p. 94) ; Abbas Sancti Juliani Turonensis, vers 1508 (Pouillé de Tours, p. 95, 96, 98, 99, 140, 141 et 143) ; Acte de foy et hommage par Louis Catinat, pour les fiefs et temporel de l’abbaye Saint Julien de Tours, relevant du chasteau de Tours, 12 novembre 1685 (A.D. 37-C 603). Confirmation et vidimus des privilèges royaux obtenus par l’abbaye de Saint-Julien de Tours depuis le règne de Louis VII, 1483 (A.N.-JJ 210, n° 87, fol. 57). Abbaye bénédictine fondée au VIe s. Cartulaire : B.N.-Ms latin lat. 5443, Coll. Baluze, t. 18, 54, 77, 128, Dom Housseau, t. 13 ; B.M. de Tours, Ms 1278. A.D. 37-H 461-578, 954-969.

Saint Laumer.
41 Abbaye-Saint-Laumer. Cne de Blois. Abbate Sancti Laumomari, avant 1044 (Marmoutier, cartulaire blésois, charte 25, p. 30) ; Archembaldus de Duniaco, beati Launomari monachus, vers 1080 (A.D. 41-11 H 128, p.9) ; Abbatem et Conventum Sancti Launomari Blesis, mai 1227 (A.N.-S 3292, n° 63) ; Abbatis et conventus Sancti Launomari Blesis, juin 1239 (A.N.-S 3292, n° 66) ; Abbas et conventus Sancti Lomarii Blesensis, Carnotensis diocesis, 1247 (Querimoniae Turonum, n° 116) ; Sanctus Launomarus, vers 1272 (Pouillé de Sens, p. 105) ; L’abbé de Saint Lomer de Bloys tient, 1311 (A.N.-P 973, fol. 135) ; Abbatia Sancti Launomari Blesensis, 1320 (Pouillé de Sens, p. 138) ; Abbas Blesensis, vers 1330 (Pouillé de Tours, p. 65) ; Abbatia Sancti Launomari, 1351 (Pouillé de Sens, p. 168) ; Religieux de Sainct Lomer de Blois, décembre 1397 (A.N.-JJ 153, n° 26, fol. 12 v°) ; Les prisons de Sainct Lomer de Blois, novembre 1399 (A.N.-JJ 154, n° 539, fol. 306 v°) ; Aux religieux du couvent de Sainct Lomer de Blois, 5 août 1406 (A.N.-JJ 160, n° 330, fol. 235) ; Abbas Sancti Launomari Blesensis, fin XVe s. (Pouillé de Sens, p. 203, 222) ; Abbas Sancti Launomari Blesensis, vers 1508 (Pouillé de Sens, p. 98 et 99) ; Abbas Sancti Launomarii Blesensis, vers 1508 (Pouillé de Sens, p. 103 et 106, 124) ; Abbas Sancti Laumerii Blesensis, vers 1508 (Pouillé de Sens, p. 107) ; Justice et censif de Saint Laumer, relevant du Roy, fin XVIIIe s. (A.D. 41-2 A 14, fol. 1). Confirmation des donations de rentes faites à l’abbaye Sainct Lomer de Bloys, par Guy Pot, chevalier, 1er chambellan du roy, avril 1496 (A.N.-JJ 227, n° 6, fol. 3 ; n° 57, fol. 29) ; L’Hospice Civil, 1810 (Cadastre A 1) ; Hôpital, 1957 (Cadastre).. Abbaye Saint Martin du Val, puis Saint Laumer après la mort du saint, vers 593 ; fondée en 874 par les religieux de Saint-Laumer de Corbion, près Chartres, qui y transférèrent leur saint fondateur, agrandie en 924 par Thibault, comte de Blois (Gallia Christiana, t. VIII, Instrumenta, col. 412, charte douteuse). Faubourg du Foix. Abbaye de religieux de l’Ordre de Saint-Benoît. Faubourg du Foix. Cartulaire : B.N.-Ms lat. 13818 ; A.D. 41-11 H 128-131. A.D. 41-11 H 1-161.

Saint Laurent.
18 Abbaye-Saint-Laurent-de-Bourges. Cne de Bourges. Abbatissa Sancti Laurentii Bituricensis, 3 janvier 1183 (A.D. 18-1 G 28, pièce 1, bulle du pape Lucius III) ; Abbatissa Sancti Laurentii Bituricense, 1327 (Pouillé de Bourges, p. 26) ; Abbatissa Sancti Laurentii Bituricensis, 1351 (Pouillé de Bourges, p. 59) ; Abbatissa Sancti Laurentii Bituricensis, 1648 (Pouillé de Bourges, p. 116) ; Abatissa Sancti Laurentii, 1648 (Pouillé de Bourges, p. 123) ; Monasterio monialium Sancti Laurentii Bituricensis, 1648 (Pouillé de Bourges, p. 124) ; Filles de Saint Laurent, 1705 (B.M. de Bourges, plan Nicolas de Fer) ; Saint Laurent est une ancienne abbaye de filles de l’ordre de Saint Benoît, fondée au VIIIe s., dans l’église de laquelle sont les vicairies de Saint Laurent et des Guittons ; elle est située dans la paroisse de Saint Bonnet. Sanctus Laurentius, 5 septembre 1766 (A.D. 18-2 F 147, fol. 9) ; Abbaye Saint Laurent, à Bourges, de Sancto Laurentio, ordre de Saint Benoît, 5 septembre 1766 (A.D. 18-2 F 147, fol. 12) ; Abbaye Saint Laurent, diacre et martyr, abbaye de filles, de l’ordre de Saint Benoît, patron : le Roi, 5 septembre 1766 (A.D. 18-2 F 147, fol. 48) ; Abbaye de filles Saint Laurent, paroisse Saint Bonnet, ordre de Saint Benoist, patron : le Roy, collateur : bulles, 1772 (Pouillé de Bourges, t. 2, fol. 22b-23a) ; Chapelle Saint Laurent l’abbaye, paroisse de Saint Bonnet de Bourges, 1772 (Pouillé de Bourges, t. 2, fol. 393a). Garde royale accordée aux religieuses de Saint-Laurent de Bourges mises sous la protection directe des baillis de Berry et de Saint-Pierre-le-Moutier, mai 1455 (A.N.-JJ 191, n° 151, fol. 80). Abbaye de bénédictines, réunie à la congrégation de Chezal-Benoît (A.D. 18-39 H 7). A.D. 18-39 H 1-434.

Saint Loup.
37 Abbaye-de-Saint-Loup. Cne de Saint-Pierre-des-Corps. Abbatia Sancti Lupi quae sita est in suburbio Turonicae urbis, août 948, (Dom Housseau, t. I, n° 172) ; Abbatiam Sancti Lupi, 1023 (Dom Housseau, t. II, n° 382, 382bis, charte de l’abbaye de Saint-Julien) ; Le fief de Saint Loup dépendant de Saint Julien de Tours, paroisse Saint Pierre des Corps, 1639 (B.N.-Fonds Châtre de Cangé, n° 4835, Roolle des fiefz de Touraine, roolle de Tours, fol. 163) ; L’Hospice de la Madeleine, 15 mars 1791 (A.D. 37-1 Q 301, P.V. 21 n° 1) ; Saint Marc, 1811 (Cadastre) ; Une maison et jardin situés à Saint Marc, commune de Saint Pierre des Corps, composée d’une maison formant l’ancienne chapelle des bâtiments connus autrefois sous le nom de maison de l’Hospice et aujourd’hui sous le nom de maison de Saint Marc, située aud. lieu de Saint Marc, 28 juillet 1850 (acte Sauvalle-Tours). L’acte d’août 948 est la donation par Theotolon, archevêque de Tours, à la prière de Hildegarde, abbesse de l’abbaye de Saint Loup, de certains biens à l’abbaye. Abbaye de femme. Prieuré de religieuses, VIIe s, où aurait vécu Agia, mère de saint Loup, évêque de Sens, puis bénédictines ; abandonné avant 1007 et donné à cette date à l’abbaye Saint-Julien de Tours par Gautier, qui le tenait de Hugues de Châteaudun. Abbaye Saint Marc de 1639 à 1699. Gallia Christiana, t. XIV, Instrumenta, col. 189 ; A.D. 37-H 497. Fief.
45 Abbaye-Saint-Loup-lez-Orléans. Cne de Saint-Jean-de-Braye. Les religieuses du prieuré de Saint Loup près d’Orléans, juillet 1309 (A.N.-JJ 41, fol. 62 v°, n° 95 ; JJ 42B, fol. 53, n° 95) ; Ostel aus nonains de Saint Loup pres d’Orlians, 1351 (A.D. 45-H, abbaye Saint-Loup) ; Moniales Sancti Lupi, XIVe s. (A.D. 45-H, censier de l’Hôtel-Dieu d’Orléans) ; Priorissa et conventus monalium Beati Lupi prope Aureliam, Ad collationem episcopi Aurelianensis, XVIe s. (Pouillé de Sens, p. 338) ; Couvent de Saint Loup les Vignes, 10 mars 1602 (B.M. d’Orléans, Ms 1325, fol. 121 v°, Ordonnance royale) ; Priorissa et conventus monialium Sancti Lupi prope Aureliam ad collationem Episcopi Aurelianensis, Prieuré de Saint Loup, 1615 (Charles de La Saussaye, Annales Ecclesiae, p. 786). Abbaye de femmes, fondée en 1235 par saint Louis, roi de France, pour les filles de la noblesse, transférée en 1639 à Orléans.

Saint Lubin.
28 Abbaye-Saint-Lubin-des-Vignes. Cne de Chartres. Sanctus Leobinus Vinearum, vers 1250 (Cartulaire du Grand-Beaulieu, p. 15). Abbaye bénédictine donnée vers 1050, par Foucher, à l’abbaye de Saint-Père-en-Vallée, puis cédée en 1585 aux capucins.

La Madeleine. Variante : Sainte Marie-Madeleine.
28 Abbaye-de-la-Madeleine-de-Châteaudun. Cne de Châteaudun. Abbatia Beate Marie Magdalene de Castriduno, 1144 (A.D. 28-G, La Madeleine de Châteaudun) ; Magdalena Castri Duni, vers 1272 (Pouillé de Sens, p. 104) ; Sancta Maria Magdalena, vers 1272 (Pouillé de Sens, p. 124) ; Abbatia Beate Marie Magdalene Castrid[uni], 1320 (Pouillé de Sens, p. 135) ; Abbatia Beate Marie Magdalene de Castriduno cum prioratu suo de Rothomago, de quo percipit frutus, 1351 (Pouillé de Sens, p. 153) ; Pierre Manchault, religieux de l’abbaye de la Magdeleine à Chasteaudun, janvier 1490 (A.N.-JJ 221, n° 163, fol. 94) ; Abbas Beate Marie Magdalenes de Castroduno, fin XVe s. (Pouillé de Sens, p. 202) ; Abbas de Castroduno, fin XVe s. (Pouillé de Sens, p. 205) ; Inventaire des titres et papiers conservés au trésor de l'abbaye de la Madeleine, 1584 (A.D. 28-H 3503) ; Bail du revenu temporel de l'abbaye de la Madeleine par Denise de Neufville, ayant la garde noble de Henri Clausse, son fils, pourvu de ladite abbaye, septembre 1599 (A.D. 28-E 3189) ; Acte d'union de l'abbaye de la Madeleine à la congrégation des chanoines réguliers de l'ordre de Saint Augustin, 1634 (A.D. 28-H 3538) ; Inventaires des titres des biens de la manse abbatiale de la Madeleine, 1711-1781 (A.D. 28-H 3508) ; Terrier de l'abbaye de la Madeleine, 1736-1756 (A.D. 28-H 3570) ; Abbaye de La Madgdelaine, ordre de Saint Augustin, collateur et présentateur : le Roy, ville de Châteaudun, 1738 (Pouillé de Chartres, p. 6, 29) ; Inventaire des titres de l'abbaye de la Madeleine, vers 1760 (A.D. 28-H 3504) ; La ci devant abbaye de la Madeleine, floréal an 4 (A.D. 28-1 Q. Biens Nationaux). Abbaye de chanoines réguliers de l’ordre de Saint-Augustin, fondée vers 1130 par Thibault IV, comte de Blois ; congrégation de France en 1634. Paroisse Saint-Lubin.Cartulaire : B.N.-Ms Nouv. Acq. Française 9765 (Lancelot 134) ; Bibliothèque de l’Arsenal-Ms 1008. A.D. 28-H 3503-3800. A.D. 41-4 H 1.

Saint Martin.
18 Abbaye-Saint-Martin-de-Massay. Cne de Massay. Monasterium Masciacum, IXe s. (L’Astronome, Vita Ludovici Pii, Historiens de France, t. II, p. 293) ; Monasterium Masciacum, 926 (L’Astronome, Vita Ludovici Pii, Historiens de France, t. II, p. 293, t. VI, p. 95) ; Abbatia Sancti Martini Macacensis, 1012 (A.D. 18-1 G, archevêché de Bourges) ; Abbatia Massasensis, 1034 (A.D. 18-13 H, abbaye Saint-Satur) ; Sancti Martini Maciacense Monasterium, 1045 (A.D. 18-4 H, prieuré de Semur) ; Abbatia Mathiaca, vers 1050 (Andreas Floricensis, Miracula sancti Benedicti, t. VII, p. 253) ; Monasterium Sancti Martini Masciacensis, 1128 (Labbe, Nova Bibliotheca, t. II, p. 737) ; Abbatia Masciacencis, 1145 (A.D. 18-1 G, archevêché de Bourges) ; Abbatis de Masciaco, 1172 (Statistiques monumentales, t. 2, canton de Chârost, Annexe n° 3) ; Abbatia de Masciaco, 3 janvier 1183 (A.D. 18-1 G 28, pièce 1, bulle du pape Lucius III) ; Bos. abbas Maciacensis, 1198 (Cartulaire de Saint-Sulpice de Bourges, charte 111, p. 205) ; Abbatia Sancti Martini Masciacensis, XIIe s. (Miraculum Sancti Sebastiani, Monumenta Germanorum Sanctorum, t. XV, p. 771) ; Abbatia de Machaio, 1200 (A.D. 18-6 H, abbaye de Fontmorigny) ; Abbatia et conventus de Maçaio, 1218 (A.D. 18-4 H, prieuré de Semur) ; Abbatia et conventus Macciacensis, 1257 (A.D. 18-6 G, abbaye de Massay) ; Abbatia de Maciaco, 1264 (Gallia Christiana, t. II, Instrumenta, col. 137) ; Abbatem et conventum Maciacenses, novembre 1268 (A.N.-X1A ; Olim, t. I, p. 729) ; Abbatia Maciacensis, XIIIe s. (A.D. 18-1 G 3, Pouillé de Bourges, p. 20) ; Abbatia de Maxaio, ordinis Sancti Benedicti, XIIIe s. (A.D. 18-1 G 3, Pouillé de Bourges, p. 25) ; L’abbaye de Massay, 10 août 1303 (A.N.-Ba 24) ; Abbas Maicacensis, 1327 (Pouillé de Bourges, p. 40) ; Celarius Maciacensis, 1327 (Pouillé de Bourges, p. 43) ; Cameriacus Maciasencis, 1327 (Pouillé de Bourges, p. 41) ; Abbas de Maciaco, 1351 (Pouillé de Bourges, p. 69) ; L’Abbaye et monastère de Monseigneur saint Martin de Maçay, 1345 (A.D. 18-6 G, abbaye de Massay) ; Monastère de Massay, mars 1351 (A.N.-JJ 80, n° 297, fol. 207) ; Abbaye de Massay, mai 1361 (A.N.-JJ 90, n° 606, fol. 298 v°) ; Abbatia et monasterium Sancti Martini de Massayo, 1467 (A.D. 18-6 G, abbaye de Massay) ; L’Abbaye réalle de Sainct Martin de Massay, 1489 (A.D. 18-8 G, chapitre de la Sainte-Chapelle de Bourges) ; L’Abbaye de Macé, 1567 (Nicolay, Description générale de Berry, p. 203) ; Abbatem de Masseyo, 1648 (Pouillé de Bourges, p. 106) ; Abbas de Massayo, 1648 (Pouillé de Bourges, p. 125, 126, 127) ; L’Abbaye de Macé, 1712 (A.D. 18-4 H, prieuré de Semur) ; Abbaye de Mascé ou Massay, de Masciaco, ordre de Saint Benoît, sans religieux, 5 septembre 1766 (A.D. 18-2 F 147, fol.11) ; Abbaye Saint Martin de Mascé, d’hommes, de l’ordre de Saint Benoît, anciens, Masciacum, patron : le Roi, le Pape, il n’y a plus de religieux, la manse monacale a été unie au Petit Séminaire en 1730, 5 septembre 1766 (A.D. 18-2 F 147, fol. 68) ; Abbaye de Massay, paroisse de Massay, ordre de Saint Benoist, patron : le Roy, collateur : bulles, 1772 (Pouillé de Bourges, t. 2, fol. 19b-20a). Abbaye de bénédictins fondée vers 738 par le comte Egon, habitée en 814, unie au petit séminaire de Bourges, décret du 18 mars 1735 de l’archevêque de Bourges (A.D. 18-6 G 173), qui se réserve le droit de présentation aux cures. Annales maciacenses (732-1013), seu Breve Chronicon Sancti Martini Masciacensis, édition Labbe, Bibliotheca Nova, t. II, p. 732, ou Monumenta Gothicorum. Scriptorum, t. III, p. 169. Cartulaire : B.N.-Ms lat. 9864, 12742, 12743, Coll. Duchesne t. 22. A.D. 18-6 G 51-183. A.D. 18-6 G.
18 Abbaye-Saint-Martin-de-Plaimpied. Cne de Plaimpied-Givaudins. Conventus ecclesiae Beati Martini Plenipedensis, 1095 (A.D. 18-5 G, abbaye de Plaimpied) ; Ecclesia Sancti Martini Planipepensis, 1130 (A.D. 18-8 G, abbaye de Plaimpied) ; Abbatia de Plenpes, 1162 (A.D. 18-10 H, abbaye des Pierres) ; Sigillum Stephani, Pleni Pedis abbatis, 12 avril 1164 (Cartulaire de Fontmorigny, charte 21, p. 14) ; Capitulum Plenipedense, 1193 (A.D. 18-8 H, abbaye de Noirlac) ; Abbatia Plenipedensis, XIIIe s. (A.D. 18-1 G 3, Pouillé de Bourges, p. 20) ; Abbatia Plenipedensis, ordinis Sancti Benedicti, XIIIe s. (A.D. 18-1 G 3, Pouillé de Bourges, p. 25) ; Dominus abbas de Plenopede, ordinis Sancti Augustini, 1327 (Pouillé de Bourges, p. 28) ; L’abbaye de Plinpié, 1340 (A.D. 18-8 G, chapitre de la Sainte-Chapelle de Bourges) ; Abbas Plenipedensis, 1351 (Pouillé de Bourges, p. 59) ; Le monastère de Saint Martin de Pleinpiez, 1429 (A.D. 18-210 G, Reigny) ; Le Moustier de Plaimpiez, 1430 (A.D. 18-5 G, abbaye de Plaimpied) ; L’Abbaye de Plainpied, octobre 1490 (A.N.-JJ 221, n° 247, fol. 144) ; Pleni Pedis, 1515 (Leonis X regesta, n° 1932, 3246) ; L’abbaye et couvent de Plainpieds, 1549 (A.D. 18-5 G, abbaye de Plaimpied) ; L’Abbaye de Plampiedz, 1567 (Nicolay, Description générale de Berry, p. 203) ; La justice, terre et seigneurie de Plaimpied, est comparu Me Anthoine Fradet, abbé dud. Plaimpied, et habitant de ceste ville [de Bourges], en conséquence exempt, 1635 (A.D. 18-B 1063, art. 151, fol. 17 r°) ; Abbatem Plenipedensem, 1648 (Pouillé de Bourges, p. 106) ; Abbas Plenipedensis, 1648 (Pouillé de Bourges, p. 107, 108, 113, 114, 115, 121, 122, 123, 133, 134) ; Abbaye Saint Martin de Pleimpied, de l’ordre des chanoines réguliers de Saint Augustin, Plenipedum, seu Paulini Podium, il n’y a point de religieux, patron : le Roi, 5 septembre 1766 (A.D. 18-2 F 147, fol. 49) ; Abbaye de Plainpieds, paroisse Saint Martin de Plainpied, ordre de chanoine régulier de Saint Augustin, patron : le Roy, collateur : bulles, 1772 (Pouillé de Bourges, t. 2, fol. 20b-21a) ; Plainpied, prieuré et abbaye, XVIIIe s. (Carte de Cassini) ; L’Abbaye, 1812 (Cadastre de Plaimpied). Abbaye de chanoines réguliers de l’ordre de Saint-Augustin, fondée en 1080 par Richard, archevêque de Bourges, qui y est inhumé ; ruinée au XVIe s., réunie au chapitre de la Sainte-Chapelle de Bourges (A.D. 18-8 G 1456). L’acte de 1490 est le vidimus confirmatif des privilèges de garde royale accordés à l’abbaye. L’église abbatiale est devenue paroissiale. Fief du ressort de la Grosse Tour de Dun-le-Roi. (A.D. 18-B 1063), puis de celle de Bourges. A.D. 18-8 G.

Saint Mesmin.
45 Abbaye-Saint-Mesmin-de-Micy-lez-Orléans. Cne de Saint-Pryvé-Saint-Mesmin et Saint-Hilaire-Saint-Mesmin. Cella Sancti Maximini, 826 (Cartulaire de Sainte-Croix d’Orélans, p. 75) ; Monasterium Sancti Maximini, non procul ab eadem urbe [Orléans] consistens, 840-843 (826 (Cartulaire de Sainte-Croix d’Orélans, p. 64) ; Sanctus Maximinus Miciacensis, 840 (Actes de Charles II le Chauve, n° 1, p. 2) ; Monasterium Sancti Maximi monachorum, 954-972 (Actes de Lothaire, n° 33, p. 81) ; Monasterium Sancti Maximi monachorum, 9 juin 979 (Actes de Louis V, n° 69, p. 170) ; Monasterium Sancti Maximini Micciacensis, quod est in honore sancti Stephani protomartyris et sancti Maximini confessoris, 1022 (A.D. 45-H, abbaye Saint-Mesmin de Micy-lez-Orléans) ; In Maciaco Villa, avant 23 mai 1075 (Actes de Philippe 1er, n° 77, p. 194) ; Abbatia Sancti Maximini, 1151 (Cartulaire de Sainte-Croix d’Orléans, p. 51) ; Juxta stratam publicam, apud Sanctum Maximinum, 1201 (Cartulaire de Sainte-Croix d’Orléans, p. 213) ; Abbé de Sainct Mesmin, décembre 1351 (A.N.-JJ 81, n° 110, fol. 55) ; Les religieux de Sainct Mesmin, juin 1365 (A.N.-JJ 98, n° 544, fol. 168 v°) ; Abbas Sancti Maximini, 1369-1370 (Pouillé de Sens, p. 324) ; L’abbé de sainct Mesmin, décembre 1385 (A.N.-JJ 128, n° 18, fol. 10) ; Abbas Sancti Maximini Aurelianensis, fin XVe s. (Pouillé de Sens, p. 203) ; Abbas Sancti Maximini Aurelianensis, vers 1508 (Pouillé de Tours, p. 101 et 125) ; Abbas Sancti Maximini Miciacensis, ordinis Sancti Benedicti, XVIe s. (Pouillé de Sens, p. 337) ; Abbas Sancti Maximini Miciacensis cum conventu ordinis Sancti Benedicti, Abbé de Saint Mesmin de Mixy, 1615 (Charles de La Saussaye, Annales Ecclesiae, p. 785) ; L’abbaye de Saint Mesmin rapporte à l’abbé 15.000 l de rente ou environ et aux moines 10 à 12.000 l, 1740 (B. M. d’Orléans, Ms 995, fol. 224) ; Saint Memin, abbaye, XVIIIe s. (Carte de Cassini). Saint-Étienne, puis Saint-Mesmin, ou Maximin. Abbaye fondée par saint Euspice, prêtre de Verdun, et son neveu saint Mesmin, avant 510, sur une terre donnée par Clovis en 508, sous l’évêque Eusèbe ; abbaye bénédictine avant 836 fondée par Theodulfe et saint Benoît d’Aniane, son maître. Lettres de juillet 1392 par lesquelles le roi ordonne à la requête des religieux de Sainct Mesmin près d’Orléans, qu’ils ressortiront désormais du bailliage de Chartres et non à celui d’Orléans passé dans l’apanage de son frère Louis, le 4 juin 1392 (A.N.-JJ 143, n° 23, fol. 13 v°). L’abbé de La Rochefoucauld y introduisit les feuillants en 1608. Enclos de l’abbaye Saint-Mesmin de Micy-lez-Orléans ; abbaye sise à l’emplacement du domaine gallo-romain appelé Miciacus = Micy, rappelé par le toponyme l’Abbaye.Cartulaire : B.N.-Ms, lat. 5420, 10090, 10091, 12739, 12776, 17709, Ms français. 18083, Nouv. Acq. Française, 7433, 9654 ; Coll. Baluze t. 78, Coll. Duchesne t. 41, 56, Coll. Moreau t. 792 ; Bibliothèque de l’Arsenal-Ms 1008 ; B.M. d’Orléans- Ms 488, 551, 556, 729 ; A.D. 45-H 89. Carmel de Micy-Orléans.

Saint Michel.
37 Abbaye-Saint-Michel-de-Bois-Aubry. Cne de Luzé. Conventus Luciacensis ; Sanctus Michael Lucizensis, de Lucezio, Luxexium, 1138, 1139 (Cartulaire de Thiron, t. 1, charte 221) ; Monasterium Lucediense, 1190 (Cartulaire de Noyers, charte 643, 657) ; Sancta Maria de Lucezio, 1195 ; Monachi de Nemore Auberici, vicinos de Nemore Auberici, 1247 (Querimoniae Turonum, n° 970) ; De Bosco Alberici, Turonensis Diocesis, 22 février 1320 (Cartulaire de l’archevêché de Tours) ; Abbacia de Bosco Alberici, vers 1330 (Pouillé de Tours, p. 28) ; Abbati de Bosco Alberici, fin XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 42) ; Abbatia de Bosco Alberici, fin XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 387) ; Martin Guillart, tavernier à Bois Aubry, juin 1415 (A.N.-JJ 168, n° 238, fol. 153) ; Abbas de Bosco Alberici, Turonensis, 1516 (Cartulaire de Thiron, charte 419, t. 2, p. 235) ; Monasterium Sancti Michaelis de Bosco Alberici, 1566 ; Fulmination de bulles accordées par Notre Saint Père le Pape l’an 1749, le 8 des ides de janvier, à Jean François Nau, pour l’abbaye de Bois Aubry, 21 février 1750 (A.D. 37-2 C, Tours) ; Bois Aubry, abbaye royale, XVIIIe s. (Carte de Cassini) ; Abbaye de Bois Aubry, 9 mars 1792 (A.D. 37-1 Q 99, P.V. 656. Biens Nationaux) ; Bois Aubry, 1836 (Cadastre) ; Bois Aubry, 4 janvier 1858 (acte Dufour-Paris) ; Bois Aubry, 1939 (Cadastre). Bien National. Abbaye, puis prieuré dépendant des bénédictins de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Thiron, Eure-et-Loir, fondée en 1135 par Brice de Chillon (Cartulaire de Thiron, charte 213), érigée en abbaye en 1138 (Cartulaire de Thiron, charte 221), mentionnée en 1147 (Cartulaire de Thiron, charte, bulle du pape Eugène III) et en 1170 (Cartulaire de Thiron, charte 220, bulle du pape Alexandre III). A.D. 28 H. A.D. 37-H 22 et 23.

  • Vues: 28
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Denis Jeanson - 209 Chemin de Rampau - 42110 PONCINS