abbaye18csn

Abbaye suivi d’un nom de saint ou de sainte

Saint Nicolas-Saint Vincent

Saint Nicolas.
36 Abbaye-Saint-Nicolas-de-Miseray. Cne d’Heugnes. Locus fatis amoenum qui dictus est Miseraicum ubi nihil aliud quam opaca silva et fons ierat amoenus, 1112 (Migne, Patrologie Latine, t. 179, col. 507 ; Gallia Christiana, t. II) ; Miserai, 1158 ; De Miseraio, 1163 ; Ecclesia Miserationis, 1168 ; Ecclesia Miserationis, 3 janvier 1183 (A.D. 18-1 G 28, pièce 1, bulle du pape Lucius III) ; Fratres Miseracenses, 1192 ; Abbatia Miseracensis, XIIIe s. (A.D. 18-1 G 3, Pouillé de Bourges, p. 20) ; Abbatia Sancti Nicolai de Miseraio, ordinis Sancti Augustini, XIIIe s. (A.D. 18-1 G 3, Pouillé de Bourges, p. 25) ; Abbas de Miseray, ordinis Sancti Augustinii, 1327 (Pouillé de Bourges, p. 41) ; De Miseray, 1333 ; Abbas de Miserayo, 1351 (Pouillé de Bourges, p. 68) ; Ad presentationem abbatis de Miserei, ordinis Sancti Augustini, Bituricencis diocesis, XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 34) ; L’Abbaye de Miseray, de l’ordre de Sainct Benoist, 1567 (Nicolay, Description générale de Berry, p. 147, 203) ; Abbatem de Miserayo, [Ordinis] Sancti Augustini, 1648 (Pouillé de Bourges, p. 106) ; Abbas de Miserayo, 1648 (Pouillé de Bourges, p. 120, 121, 131, 136) ; Acte de Foy et hommage par Jean Baptiste de Bongueret, abbé de Saint Nicolas de Miseray, pour raison des fiefs Robert et Miseray, relevant du château de Chastillon, 6 septembre 1683 (A.D. 37-C 603) ; Abbaye de Miseray, de Miseraio, ordre de Saint Augustin, congrégation de Friardel, 5 septembre 1766 (A.D. 18-2 F 147, fol. 11) ; Abbaye Saint Nicolas de Miseray, d’hommes, de chanoines réguliers de l’ordre de Saint Augustin, Sanctus Nicolaus de Miserayo, patron : le Roi, le Pape, 5 septembre 1766 (A.D. 18-2 F 147, fol. 74) ; Abbaye Saint Nicolas de Miseray, paroisse Saint Martin d’Heugnes, ordre de chanoine régulier de Saint Augustin, patron : le Roy, collateur : bulles, 1772 (Pouillé de Bourges, t. 2, fol. 19b-20a) ; Miseray, abbaye d’hommes, abbatiale, XVIIIe s. (Carte de Cassini) ; La ci devant abbaye de Miseray, 25 novembre 1791 (AD. 36-2 Q. Biens Nationaux) ; L’église de la ci devant abbaye de Miseray, 5 avril 1793 (AD. 36-2 Q. Biens Nationaux) ; Miseray, 1835 (Cadastre). Abbaye de chanoines réguliers de l’ordre de Saint-Augustin, ordre de Prémontré, fondée dans la forêt d’Ogny en 1112 a nobili viro Gisberto (Migne, Patrologie Latine, t. 179, col. 507). Privilège d’Innocent II en 1140. La mense conventuelle fut unie au grand séminaire de Bourges (A.D. 18-5 G 194). A.D. 36-H 325 à 345. A.D. 41-6 H 1.

Saint Paul.
37 Abbaye-Saint-Paul-de-Cormery. Cne de Cormery. Delegavimus ac tradimus ad memoratum sanctum locum qui nuncupatur Cella Sancti Pauli quod Cormaricus a priscis et hacteus vocatur, 791 (Gallia Christiana, t. XIV, Instrumenta, Cartulaire de Cormery, charte n° 1, charte d’Ithier, abbé de Saint-Martin de Tours) ; Cormaricensi abbatem, 800 (Gallia Christiana, t. XIV, Instrumenta, Cartulaire de Cormery, charte n° 7, p. 17) ; In monasterio quod est construtum in honore Sancti Pauli apostoli, in loco qui dicitur Cormaricus, 800 (Gallia Christiana, t. XIV, Instrumenta, n° 9, col. 12) ; Monachis Cormaricensis monasterii, 807 (Gallia Christiana, t. XIV, Instrumenta, n° 11, col. 11) ; In cella Sancti Pauli, quae rustico nomine Cormaricus dicitur, 820 (Gallia Christiana, t. XIV, Instrumenta, n° 14, col. 21) ; In cella Sancti Pauli, quae rustico nomine Cormaricus dicitur [L’hermitage Saint Paul, vulgairement appelé Cormery], 837 (A.D. 37-H 75) ; Cormariense coenobium, 843 (Actes de Charles II le Chauve, p. 48) ; Ex monasterio Sancti Pauli Cormaricensis, 978 (Cartulaire de Cormery, charte 29, p. 58) ; Monasterium cujus vocabulum est Cormariceni, 1189 ; Homines Monasterii Sancti Pauli de Cormeriaco, 1247 (Querimoniae Turonum, n° 1178) ; Ad Patronatum abbatis de Cormeriaco, vers 1300 (Cartulaire de Cormery, p. 10) ; Ad patronatum abbatis Cormeriacensis, vers 1300, XIVe s. (Cartulaire de Cormery, p. 12 et 15 et 32) ; Abbacia de Cormeriaco, vers 1330 (Cartulaire de Cormery, p. 24) ; Saint Pol de Cormery, 1372 ; Ad abbatem Cormeriacensem, XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 32, 34, 38 et 40) ; Abbatia de Cormeriaco, XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 386) ; Abbati de Cormeriaco, fin XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 41) ; Lettres de souffrance d’aveu et dénombrement pour le temporel de l’abbaye de Cormery, aux bailliages de Touraine, Amboise, Cotentin et Caen, accordées à Jean Bochart, évesque d’Avranches, abbé de Cormery, 11 décembre 1476 (A.N.-P 716 n° 184) ; Lettres de souffrance d’aveu et dénombrement pour le temporel de l’abbaye de Cormery, accordée à Jehan Bochart, abbé de Cormery, conseiller du Roy, 4 mai 1490 (A.N.-P 716 n° 214) ; Hommage de la haute justice de Cormery mouvant du duché de Touraine, rendu au chancelier par frère Jehan Du Puys, comme abbé de l’abbaye de Cormery, 6 juin 1490 (A.N.-P 12 n° 449) ; Hommage de la haute justice de Cormery, rendu au chancelier par Jehan Du Puys, comme abbé de Cormery, 16 novembre 1500 (A.N.-P 13 n° 2) ; Le fief et seigneurie de Cormery à l’abbé dud. lieu, 1639 (B.N.-Fonds Châtre de Cangé, n° 4835, Roolle des fiefz de Touraine, roolle de Loches, fol. 48) ; Le fief de Cormery, paroisse d’Esvres, 1639 (B.N.-Fonds Châtre de Cangé, n° 4835, Roolle des fiefz de Touraine, rolle de Montbazon, fol. 67) ; Foy et hommage de Messire Nicollas Guillaume de Baudu, pour l’abbaye de Cormery relevant du château de Loches, 3 février 1685 (A.D. 37-C 603) ; Arrêt permettant à la chambre ecclésiastique du diocèse de Tours d’emprunter la somme de 25.000 l. pour couvrir les frais d’union de l’abbaye de Cormery au petit séminaire de Tours, samedi 19 avril 1777 (A.N.-E 2529, fol. 410-411) ; L’Abbaye, 1822 (Cadastre) ; L’Abbaye, 1933 (Cadastre). Abbaye fondée en 780 par Itier, abbé de Saint-Martin de Tours, confirmé en 791 par Charlemagne ; en 800, Alcuin y établit des bénédictins (Migne, Patrologie Latine, t. 97, col. 992). Fief relevant du château de Loches. Cartulaire : B.N.-Ms lat. 12665, 13817, Coll. Baluze, t. 47 ; B.M. de Tours-Ms 1348, 1349. A.D. 37-H 75-111.

Saint Père. Variante : Saint Pierre.
28 Abbaye-Saint-Père-en-Vallée. Cne de Chartres. Sanctus Petrus Carnotensis, vers 950 (Cartulaire de Saint-Père-en-Vallée de Chartres) ; Sanctus Petrus de Valeia, vers 1080 (Cartulaire Saint-Père-en-Vallée de Chartres) ; Sanctus Petrus in Valleya, 1099 (B.N.- Ms Latin 11.063, Cartulaire de Saint-Jean-en-Vallée de Chartres) ; Sanctus Petrus in Valle Carnotensis, vers 1100 (Cartulaire de Saint-Père-en-Vallée de Chartres) ; Stephanus abbas Sancti Petri Carnotensis, 1169 (Cartulaire de Marmoutier pour le Perche, charte 152, p. 157) ; Abbas et prior Sancti Petri de Valle, juillet 1225 (B.N.-Ms Latin, n° 5441, t. 2, fol. 326 v°) ; Abbaye de Saint Père en Vallée, 1225-1748 (A.D. 28-G 131) ; Abbatia Sancti Petri Carnotensis, 1320 (Pouillé de Sens, p. 140) ; Abbacia Sancti Petri Carnotensis, pro abbacia, celerario, camerario et aliis ibidem existentibus, deductis pro parte camerarii qui est cardinalis, 1351 (Pouillé de Sens, p. 179) ; Abbaye de Sainct Père de Chartres, novembre 1370 (A.N.-JJ 100, n° 670, fol. 200) ; Abbaye de Sainct Père en Vallée, juillet 1397 (A.N.-JJ 152, n° 55, fol. 31) ; Poillequoc, presbiter, canonicus Carnotensis et eisdem dyocesis obiit anno Domini M° CCCC° XV°, prima die mensis julii, cujus corpus jacet in choro ecclesie Sancti Petri Carnotensis, ut apparet in tumba, 4 janvier 1415 (Obituaire de Sens, t. 2, p. 127) ; L’abbé de Sainct Père en Val de Chartres, mars 1415 (A.N.-JJ 168, n° 181, fol. 126 v°) ; Abbas Sancti Petri Carnotensis, religiosi eligunt futurum abbatem, obtenta licencia ab episcopo Carnotensi et electioem idem episcopus confirmat, fin XVe s. (Pouillé de Sens, p. 188) ; Abbas Sancti Petri in Valle Carnotensi, Abbas Sancti Petri de Valle, fin XVe s. (Pouillé de Sens, p. 203) ; Abbaye Saint Pierre de Saint Père en Vallée, ordre de Saint Benoist, collateur et présentateur : le Roy, ville de Chartres, 1738 (Pouillé de Chartres, p. 4, 28) ; Caserne Saint Pierre, 1827 (Cadastre) ; Lycée Marceau, 1969 (Cadastre). Abbaye de bénédictins, fondée au VIe s. ; dévastée par les Normands en 857 et en 911, rénovée en 954 par l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire ; affiliée à la congrégation de Saint-Maur en 1650. Vallée = vallée de l’Eure.Cartulaire : B.N.-Ms lat. 5417, 10101, 13819, Ms français 24133, Coll. Duchesne t. 22 ; Bibliothèque de l’Arsenal-Ms 993 ; A.D.-28 H 2-3 ; B.M. de Chartres, Ms 1038 (H.1.54), 1061 (H.1.50), 1136 (t. 1-5) ; A.D. 28-H 2-3, 55. A.D. 28-H 1-345. Lycée Marceau.

Saint Pierre. Variante : Saint Père.
18 Abbaye-Saint-Pierre-de-Vierzon. Cne de Vierzon. Cellam meam [d’Ambran] super Euvre fluminis sitam prope clausuram Virsionis opidi, mai 844 (Cartulaire de Vierzon, charte n° 13, p. 115 ; charte forgée au XIe ou au XIIe s., à l’aide de documents divers) ; Cellulam meam ecclesiam scilicet Sancti Petri sub castro Virsionensi, mai 844 (Cartulaire de Vierzon, charte n° 14, p. 118. Fausse charte forgée au XIe ou au XIIe s.) ; Andreas abbas ex monasterio Sancti Petri Virsionensis et cuncta ejusdem loci congregatio, mars 963 (Cartulaire de Vierzon, charte n° 24, p. 135) ; Andreas abbas ex monasterio Sancti Petri Doverensis cenobii et cuncta ejusdem loci congregatio, 968 (Cartulaire de Vierzon, charte n° 22, p. 132) ; Sacro sancta basilica Sancti Petri Virsionensis, 970 (Gallia Christiana, t. II, Instrumenta, col. 137) ; Dono vel trado duobus monasteriis Sancte videlicet Marie Exoldunensis castri et Sancto Petro Virsionensis, 981 (Cartulaire de Vierzon, charte n° 20, p. 130) ; Vinea in prope monasterio Doverensi aream unam, Actum in monasterio Doverensis cenobii, février 989 (Cartulaire de Vierzon, charte n° 6, p. 104) ; Syon, abbas ex monasterio Sancti Petri Doverensis cenobii et cuncta ejusdem loci congregatio, mai 991 (Cartulaire de Vierzon, charte n° 7, p. 105) ; Actum Doverensis monasterii Sancti Petri, octobre 991 (Cartulaire de Vierzon, charte n° 8, p. 106) ; Andreas abbas Sancte Dei ecclesie Virsionensi, 991 (Cartulaire de Vierzon, n° 32) ; Con assensu monachorum Virsionensium, 993 (Cartulaire de Vierzon, charte n° 9, p. 107) ; Sion abbas qui abbatiam Sancti Petri Virsionensis, per donum Hugoni archiepiscopi tenere videtur, 999 (Cartulaire de Vierzon, charte n° 10, p. 108) ; Abbatia Virsonensis, 1034 (A.D. 18-13 H, abbaye Saint-Satur) ; Monasterium Virsonense, 1035 (A.D. 18-8 G, chapitre Saint-Étienne de Bourges) ; Ecclesia Virsionensis cujus fundatio in honore Sancti Petri locata est, 1092 (A.D. 18-H, abbaye de Vierzon) ; Stephano abbate Sancti Petri Virsonis, vers 1120 (Cartulaire de Saint-Sulpice de Bourges, charte 54, p. 121) ; Abbatia de Virsione, 3 janvier 1183 (A.D. 18-1 G 28, pièce 1, bulle du pape Lucius III) ; Conventus abbatiae Virsionensis, 1231 (A.D. 18-H, abbaye de Vierzon) ; Abbatia Virisionensis, XIIIe s. (A.D. 18-1 G 3, Pouillé de Bourges, p. 20) ; Infirmarius Virsionensis et capellanus, XIIIe s. (A.D. 18-1 G 3, Pouillé de Bourges, p. 20) ; Abbatia Sancti Petri de Virsione, ejusdem ordinis [Sancti Benedicti], XIIIe s. (A.D. 18-1 G 3, Pouillé de Bourges, p. 24) ; Camerarius de Virsione, 1327 (Pouillé de Bourges, p. 40) ; Abbacia Virsionensis, 1327 (Pouillé de Bourges, p. 55) ; Abbas de Virsione, conventus dici loci, 1351 (Pouillé de Bourges, p. 71) ; Religieux de Sainct Pierre de Vierzon, 1355 (A.N.-JJ 84, n° 378, fol. 193) ; Monasterium Sancti Petri de Virzione, 1355 (Ordonnances de Louis IV, t. III) ; L’abbaye et monastère de Sainct Pierre de Vierzon, 1480 (A.D. 18-H, abbaye de Vierzon) ; L’abbaye Monsieur Sainct Pierre de Vierzon, 1504 (A.D. 18-H, abbaye de Vierzon) ; L’Abbaye de Vierzon, 1567 (Nicolay, Description générale de Berry, p. 204) ; Abbatem de Virzione, Ordinis Sancti Benedicti, 1648 (Pouillé de Bourges, p. 106) ; Abbas Virzionensis, 1648 (Pouillé de Bourges, p. 125, 140) ; Abbas de Virzione, 1648 (Pouillé de Bourges, p. 126, 139) ; Visite des biens de l'abbaye de Saint Pierre de Vierzon, 1758 (A.D. 18-B 2840) ; L’abbaye royale de Sainct Pierre de Vierzon, 1732 (A.D. 18-H, abbaye de Vierzon) ; Abbaye de Vierzon, de Virzione, ordre de Saint Benoît, congrégation de Saint Maur, 5 septembre 1766 (A.D. 18-2 F 147, fol. 12) ; Abbaye Saint Pierre et Saint Paul de Vierzon, d’hommes, de l’ordre de Saint Benopit, congrégation de Saint Maur, Virzio in Bituria, patron : le Roi, le Pape, 5 septembre 1766 (A.D. 18-2 F 147, fol. 84) ; Abbaye de Vierzon, paroisse de Vierzon, ordre de Saint Benoist, patron : le Roy, collateur : bulles, 1772 (Pouillé de Bourges, t. 2, fol. 24b-25a). Commune de Vierzon-Ville. La fausse charte de mai 844 indique que la cella qui fut à l’origine de l’abbaye, se trouvait sur l’Yèvre, près de l’enceinte de la ville, situation qui correspond à celle du XVIIIe s. Abbaye bénédictine fondée à Dèvres, Cne de Saint-Georges-sur-la-Prée, vers 843, détruite par les Normands, presque abandonnée en 903, transférée à Vierzon vers 926, avec l’aide des chanoines du chapitre Saint-Étienne de Bourges (Cartulaire de Vierzon, charte n° 18, p. 126) : le comte Thibaud confirme le transfert de l’abbaye de Dèvres à Vierzon, le 23 novembre 926 (A.D. 18-G 1078, faux fin XIe s) ; d’où le double nom qu’elle conserve après son transfert : abbaye de Dèvres ou de Vierzon. Unie à la congrégation de Saint-Maur en 1667. Cartulaire : B.N.-Ms Latin 9865, Coll. Duchesne t. 22 ; A.D. 18-2 F 514. A.D. 18-H 239-338. Hôtel de Ville.
18 Abbaye-Saint-Pierre-et-Saint-Paul-de-Chezal-Benoît. Cne de Chezal-Benoît. Casale Sancti Petri, 1099 (A.D. 18-H, abbaye de Chezal-Benoît) ; Ecclesia Sancti Petri de Casali Benedicti, 1108 (Gallia Christiana, t. II, Instrumenta, col. 162) ; In monasterio quod vocatur Casalis Sancti Petri, vers 1112 (B.N.-Ms Latin 12.744, cartulaire de l’abbaye de Chezal-Benoît, fol. 180 ; Ms Latin 13.810, fol. 308) ; Abbatia de Casali Benedicto, 1135 (A.D. 18-1 G, archevêché de Bourges) ; Ego Radulfus, dominus Castri Dolensis, concedo Deo et ecclesiae Beati Petri Cazalis, per manum Radulfi, ejusdem loci abbatis, vers 1138 (B.N.-Ms Latin 12.744, fol. 197) ; Ecclesia Petri et Pauli de Casali, 1168 (A.D. 18-H, abbaye de Chezal-Benoît) ; Ecclesia Casalis Benedicti, 3 janvier 1183 (A.D. 18-1 G 28, pièce 1, bulle du pape Lucius III) ; Ecclesiae Casalis Benedicti, 1215 (B.N.-Ms Latin, 12744, fol. 218) ; Abbatia et conventus monasterii de Casali Benedicto, mai 1229 (B.N.-Ms Latin 12.744, fol. 226) ; Coenobium Casalense, 1284 (Gallia Christiana, t. II, Instrumenta) ; Abbatia Casalis Benedicti, XIIIe s. (A.D. 18-1 G 3, Pouillé de Bourges, p. 20) ; Abbatia de Casali Benedicto, ordinis Sancti Benedicti, XIIIe s. (A.D. 18-1 G 3, Pouillé de Bourges, p. 25) ; Le convent dou Chesaul Benoit, 1320 (A.D. 18-H, abbaye de Chezal-Benoît) ; Abbas de Casali Benedicto pro se et camerarius suo, 1327 (Pouillé de Bourges, p. 52) ; Abbas Casali Benedicte, 1351 (Pouillé de Bourges, p. 62) ; Monasterium Sancti Petri de Casali Benedicto, 1382 (A.D. 18-H, abbaye de Chezal-Benoît) ; Monasterium Beatae Mariae et Sancti Petri de Casali Benedicto, 1405 (A.D. 18-H, abbaye de Chezal-Benoît) ; Le moutier du Chesau Benoist, 1436 (A.D. 18-H, abbaye de Chezal-Benoît) ; L’abbaye et convent de Monsieur Saint Pierre de Chesal Benoist, 1645 (A.D. 18-H, abbaye de Chezal-Benoît) ; Abbatem de Casali Benedicto, Ordinis Sancti Benedicti, 1648 (Pouillé de Bourges, p. 106) ; Abbas Casalis Benedicti, 1648 (Pouillé de Bourges, p. 120, 122, 125, 126, 127) ; Foy et hommage de Dom Pierre Gilles, prieur claustral de l’abbaye royalle de Saint Pierre de Chesal Benoist, ordre de Saint Benoist, congrégation de Saint Maur, diocèse de Bourges, 26 mars 1727 (A.D. 37-C 603) ; L’Abbaye royale de Saint Pierre de Chesal Benoît, 1756 (A.D. 18-H, abbaye de Chezal-Benoît) ; Abbaye de de Chezal Benoît, de Casale Benedicti, ordre de Saint Benoît, congrégation de Saint Maur, 5 septembre 1766 (A.D. 18-2 F 147, fol. 11) ; Abbaye Saint Pierre et Saint Paul de Chezal Benoît, d’hommes, de l’ordre de Saint Benoît, de la congrégation de Saint Maur, Casale Benedicti, olim Malani seu Casalense monasterium, patron : le Roi, le Pape, olim régulière et triennale, 5 septembre 1766 (A.D. 18-2 F 147, fol. 67) ; Abbaye de Chezalbenoist, paroisse Saint Pierre de Chezalbenoist, ordre de Saint Benoist, patron : le Roy, collateur : les bulles, 1772 (Pouillé de Bourges, t. 2, fol. 16b-17a) ; Chezal Benoist, abbaye Ordre de Saint Benoît, Congrégationde Saint Maur, XVIIIe s. (Carte de Cassini). Abbaye de l’ordre de Vallombreuse, fondée en 1093 par le bienheureux André, prieur de l’abbaye de Vallombreuse, Toscane, puis de Cornilly, commune de Contres, dans la paroisse de Dampierre-en-Issoudun. La règle de Vallombreuse ayant été réformée en 1488 pour l’abbaye de Chezal-Benoît, par Pierre Dumas, son abbé, et cette réforme ayant été acceptée par d’autres abbayes, Chezal-Benoît fut érigée en chef de congrégation par Léon X, en 1516, avec 4 abbayes d’hommes : Saint-Alyre de Clermont-Ferrand, Saint-Martin de Séez, Saint-Sulpice de Bourges et Saint-Vincent du Mans, et 5 de femmes : Notre-Dame de Nevers, Notre-Dame d’Izeures, Notre-Dame de Charenton-du-Cher, Saint-Laurent de Bourges, Saint-Pierre de Lyon ; cette congrégation fut unie à celle de Saint-Maur en 1636. Cartulaire : B.N.-Ms lat. 9862, 12664, 12744, 13816. A.D. 18-H 1-238.
36 Abbaye-Saint-Pierre-de-Méobecq. Cne de Méobecq. Concedo igitur ac dimitto ego Radulfus Dolis Deo et ecclesiae Millebeccensi jamdictum furnum, vers 1120-1130 (A.D. 36-G 599) ; Millebeccenses monachi, 1121 ; Super Millebecensi ecclesia, 3 mars 1153 (Cartulaire de l’archevêché de Tours, charte 67, p. 190) ; Abbatis et monachorum Millebecensium, 1177 (Cartulaire de l’archevêché de Tours, charte 65, p. 186) ; Abbatia de Mille Beco, 3 janvier 1183 (A.D. 18-1 G 28, pièce 1, bulle du pape Lucius III) ; Humilis abbas Millebecensis, 7 septembre 1287 (A.N.-P 1058) ; Sanctus Petrus Millebeccii, 1183 ; Abbatia de Mille Beco, XIIIe s. (A.D. 18-1 G 3, Pouillé de Bourges, p. 21) ; Abbatia de Mille Beco, ejusdem ordinis [Sancti Benedicti], XIIIe s. (A.D. 18-1 G 3, Pouillé de Bourges, p. 25) ; Ad patronum abbatis Millebecensis, vers 1300 (Pouillé de Tours, p. 12) ; Ad abbatem Millebecensem, vers 1300 (Pouillé de Tours, p. 16) ; Abbatis Millebecensis, vestre diocecis [Bituricensis], 1314 (Cartulaire de l’archevêque de Tours, charte 68, p. 192) ; Ad abbatem de Mille Beco, XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 35, 39) ; Abbas de Millebeco, 1327 (Pouillé de Bourges, p. 45) ; Abbas de Millebeco, 1351 (Pouillé de Bourges, p. 66) ; Abbas Millebecensis monasterii, Bituricencis diocesis, vers 1370 (Cartulaire de l’archevêché de Tours, charte 71, p. 195) ; Abbas monasterii Millebecensis, Bituricensis diocesis, XIVe s. (Cartulaire de l’archevêché de Tours, charte 149, p. 309) ; L’Abbaye de Meubec, de l’ordre de Sainct Benoist, fondée par les anciens barons dudict Chasteau Roulx, 1567 (Nicolay, Description générale de Berry, p. 136, 203) ; Abbatem de Millebeco, Ordinis Sancti Benedicti, 1648 (Pouillé de Bourges, p. 106) ; Abbas de Millebeco, 1648 (Pouillé de Bourges, p. 132, 135, 136, 137) ; Abbaye Saint Pierre et Saint paul de Méobec, ordre de Saint Benoît, d’hommes, anciens, Meillebeccum seu Millepeccus, elle a été unie au chapitre de Québec, 5 septembre 1766 (A.D. 18-2 F 147, fol. 79) ; Abbaye Saint Nicolas de Meobec, paroisse Saint Pierre de Meobec, ordre de Saint Benoist, patron : le Roy, collateur : bulles, 1772 (Pouillé de Bourges, t. 2, fol. 19b-20a) ; L’abbaye de Maubec, XVIIIe s. (A.D. 37-G 5) ; Meobec, abbaye de religieux, XVIIIe s. (Carte de Cassini). Abbaye bénédictine fondée en 642 par saint Cyran, qui devint abbé de Lourcy, ou Saint-Cyran-en-Brenne, vers 657, sur une terre donnée par Flaocate ; unie en 1672 à l’évêché de Québec, Canada, par le roi Louis XIV, la bulle d’union est datée du 4 août 1706 ; le droit de présentation aux cures passe alors à l’évêque de Québec ou à son chapitre (A.D. 18-2 G 255 ; A.D. 36-H 288-289).
37 Abbaye-Saint-Pierre-de-Bourgueil. Cne de Bourgueil. Quoddam monasterium in mea curte Burgolio construxisse in honorem videlicet Sanctae Trinitatis atque immensae ejusdem majestatis necne et beati Petri apostolorum principis seu omnium sanctorum Dei sub norma videlicet sancti Benedicti, 990 (Dom Housseau, t. I, n° 249 ; A.D. 37-H 990, Cartulaire de Bourgueil, charte d’Emma, fille de Thibault le Tricheur) ; Monasterium Sancti Petri situm in pago Andegavensi in villa Burguliensi, 1000 (A.D. 37-H 990, Cartulaire de Bourgueil) ; Locus Sancti Petri Burguliensis qui est constructus in honore Sanctae Trinitatis et Sanctae Mariae Virginis, Sancti Petri apostolorum principis et omnium sanctorum Dei, 1004 (A.D. 37-H 990, Charte d’Hubert, chevalier du château de Saumur) ; Conventus de Burgulio in Valleya, 1263 (A.D. 37-H 990, Charte de Hugues de Parthenay) ; Ad patronatum abbatis de Burgolio, vers 1300, XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 11) ; Ad patronatum abbatis de Burgolio, vers 1300, XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 11) ; Ad abbatem de Burgolio, vers 1300, XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 14, 33) ; Abbatis Sancti Petri de Brigolio, Andegavensis diocesis, 1315 (Pouillé de Bourges, p. 502) ; Abbacie et prioratus de Burgolio, vers 1330 (Pouillé de Tours, p. 189) ; L’Abbaye de Bourgueil, mai 1365 (A.N.-JJ 98, n° 247, fol. 78 v°) ; Ad abbatem Burgoliensem, XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 37) ; Abbatia de Burgolio, XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 389) ; Sainct Pierre de Bourgueil en Vallée, 1387 (A.D. 37-H 990, Cartulaire de Bourgueil) ; Abbaye de Bourgueil, 28 mai 1408 (A.N.-JJ 162, n° 331, fol. 256) ; Abbas de Burgolio, 1467 et vers 1508 (Pouillé de Tours, p. 99 et 228) ; L’Abbaïe de Bourgueil, 1569 (Pouillé de Tours, p. 253) ; L’Abbaye, 1830 (Cadastre) ; L’Abbaye, 1953 (Cadastre) ; Abbaye, 1962 (I.G.N.). Abbaye de bénédictins fondée avant 990 par Emma, fille de Thibault le Tricheur, épouse de Guillaume Fier-à-Bras, comte de Poitiers. Cartulaire : B.N.-Ms lat. 12663, 12777, 13816, 13898, 17127, Ms français 24133, Coll. Dom Housseau t. 12, Coll. Baluze t. 38, Coll. Dupuy t. 816; A.D. 37-H 990 ; B.M. d’Angers-Ms. 863 (775) ; B.M. de Tours, Ms 1338-1339. A.D. 18-H 24-74, 990.
37 Abbaye-Saint-Pierre-de-Preuilly. Cne de Preuilly-sur-Claise. Quoddam monasterium quod in nomine summi Salvatoris mundi ac Redemptoris domini nostri Jhesu Christi et in venerationeduodecim Apostolorum precipue que domini Petri principis Apostolorum, 1008 (Dom Housseau, Charte de Robert le Pieux) ; Do Deo monasterioque quod ad presens constructum est ab Acfredo domino meo in honore Sanctae Trinitatis et veneratione sanctae Dei genitris Mariae, apostolorum que Petri et Pauli, quoddam meum propriam praedium, vers 1009 (Dom Housseau, Charte de Beatrix d’Issoudun, femme d’Effroy, seigneur de Preuilly) ; Sancti Petri Prulliacensis ecclesiae Constantius abba, 1066 (Dom Housseau, Charte d’Aymon, archevêque de Bourges) ; Abbatiae de Prulliaco in honore Sancti Petri apostolorum principis consecratae, 1092 (Dom Housseau, Charte de Girard) ; Abbatem Pruliacensem, vers 1300 (Pouillé de Tours, p. 14) ; Abbatis de Prulliaco, vers 1300 (Pouillé de Tours, p. 14) ; De Prulliaco, Turonensis diocesis, 22 février 1320 (Cartulaire de l’archevêché de Tours, charte 52, p. 132) ; Fratris Aymerici quondam abbatis monasterii Beatae Mariae de Suilleyo Turonensis dioecesis, 1322 (Dom Housseau, Charte de l’archidiacre d’Outre-Vienne) ; Abbacia de Pruillaco, vers 1330 (Pouillé de Tours, p. 26) ; Abbatem de Prullyaco, XIVe s.(Pouillé de Tours, p. 38) ; Abbati de Pruilliaco, fin XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 42) ; Abbati de Pruilliaco, fin XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 385) ; Droits de justice du monastère Sainct Pierre de Preuilly, 22 décembre 1408 (A.N.-JJ 163, n° 99, fol. 49) ; Le fief du temporel de l’Abbaye de Preuilly, valant 300 l., 1639 (B.N.-Fonds Châtre de Cangé, n° 4835, Roolle des fiefz de Touraine, roolle de Preuilly, fol. 24) ; L’Abbaye roïalle de Saint Pierre de Preuilly, 11 octobre 1774 (acte Delatremblais-Preuilly-sur-Claise) ; La Maison de la ci devant Sacristie de l’abbaye de Preuilly, située commune de Preuilly sur la rue allant de lad. commune au pont à main droite, 1er messidor an 4 (A.D. 37-1 Q 437, P.V. 101. Biens Nationaux) ; La Maison des Cloitres des ci devant bénédictins non réformés, située au lieu de la commune de Preuilly, 1er brumaire an 12 (A.D. 37-1 Q 474, P.V. 37. Biens Nationaux). Abbaye de bénédictins, fondée en 1001 par Effroy, seigneur de Preuilly ; Amblard, religieux de Maillezais, y fut installé abbé en 1009. A.D. 37-H 452-460.
45 Abbaye-Saint-Pierre-et-Saint-Paul-de-Ferrières. Cne de Ferrières-en-Gâtinais. Aquae Segestae, seu Bethlehem, vers 515 ; Ex monasterio quod vocatur integre Betleem, vulgo Ferrarias, 10 mai 841 (A.D. 45-H 66, abbaye de Ferrières, Actes de Charles II le Chauve, n° 11) ; Monasterii Bethlehem sive Ferrariarum, 27 décembre 843 (A.D. 45-H 66, charte de Charles le Chauve, datée du monastère de Saint-Martin de Tours) ; Sanctus Petrus de Ferrariis, Xe s. (Gallia Christiana, t. XII, Instrumenta, col. 156) ; Gualternus, abbas loci qui vocatur ab antiquis Bethleem sive Ferrarias, fundati in honore Sancte Dei Genitricis Petrique, beati apostolorum principis, 18 mars 1070 (Actes de Philippe 1er, n° 51, p. 138) ; Abbati Ferrariensis seu Beethlemitensis monasterii, 11 novembre 1103 (A.D. 45-H 66, bulle de Pascal II) ; Loci qui vocatur ab antiquis Bethleem sive Ferrarias, 1127 (A.D. 45-H 66, charte de Louis VI) ; Monasterium Ferrariense, 1132 (Actes de Philippe 1er, p. 137) ; Abbatis Ferrerie, vers 1350 (Pouillé de Sens, p. 8) ; Abbatis Ferrariarum, vers 1350 (Pouillé de Sens, p. 48) ; Abbas de Ferreriis, ordinis Sancti Benedicti, vers 1350 (Pouillé de Sens, p. 50) ; Abbatis Ferreriorum, vers 1350 (Pouillé de Sens, p. 52) ; Abbas Ferreriarum, vers 1350 (Pouillé de Sens, p. 54) ; Convent de Ferrières, 2 août 1351 (A.N.-JJ 80, n° 482, fol. 326) ; Abbas Ferreriarum, 1369-1370 (Pouillé de Sens, p. 99) ; Pour la singulière devocion que nous avons a la glorieuse Vierge Marie, mere de Dieu nostre createur, qui est trez dévotement priée en lad. abbaye de Ferrières, où elle est réclamée et appellée Nostre Dame de Bellan, 25 janvier 1471 (A.D. 45-H 67, charte de Louis XI) ; Abbaye de Ferrières, 1472 (A.D. 45-H 66) ; Arrêt évoquant au Conseil et renvoyant devant MM. Fagon, conseiller d’État, Quentin de Richebourg et de Baussan, maîtres des requêtes, la décision du partage à faire entre l’abbé et les religieux de Saint Pierre et Saint Paul de Ferrières, des biens de cette abbaye et le jugement en dernier ressort des contestations nées et à naître à ce sujet, samedi 2 mai 1722 (A.N.-E 2032, fol. 117). Abbaye de bénédictins fondée sous le nom de Bethléem. Cartulaire : B.N.-Ms, lat. 12670, 17048, Nouv. Acq. Française 7433. Hôtel-de-Ville.

Saint Roch.
37 Abbaye-de-Saint-Roch. Cne de Saint-Roch. Un corps de logis apellé l’Abbaye de Saint Roch, 21 décembre 1699 (acte Roussereau-Fondettes) ; L’Abbaye de Saint Roch, XVIIIe s. (A.D. 37-D 13). Siège de la justice du fief de Saint-Roch, propriété de l’abbaye de Saint-Julien de Tours. D’où le nom : abbaye indique que l’abbaye de Saint-Julien est seigneur de la paroisse, Saint-Roch rappelle le nom de la paroisse.

Saint Satur.
18 Abbaye-Saint-Satur. Cne de Saint-Satur. Ecclesiam Beati Satiri, 9 novembre 1136 (A.D. 18-13 H 6) ; Ecclesia Sancti Petri et Sancti Satiri, 1143 (A.D. 18-13 H 29) ; Radulfus Sancti Satyri abbas, vers 1152 (Cartulaire de Saint-Sulpice de Bourges, charte 70, p. 148) ; Ecclesiam Beati Satiri, 3 janvier 1183 (A.D. 18-1 G 28, pièce 1, bulle de Lucius III) ; Abbatia de Sancto Satin, 1187 (A.D. 18-6 H, abbaye de Fontmorigny) ; Abbatia et conventus monasterii Sancti Satiri, 1200 (A.D. 18-13 H 6) ; Conventus Sancti Satyri, mai 1216 (A.D. 18-14 G 2, testament d’Eudes Trousseau) ; Li covent de Saint Satur, 1251 (A.D. 18-13 H 6) ; Abbatia Sancti Satiri, XIIIe s. (A.D. 18-1 G 3, Pouillé de Bourges, p. 23) ; Abbatia Sancti Satiri, ordinis Sancti Augustini, XIIIe s. (A.D. 18-1 G 3, Pouillé de Bourges, p. 24) ; Li convent dou Moutier de Saint Satur, 1303 (A.D. 18-13 H, abbaye Saint-Satur) ; Abbas de Sancto Saturo, 1327 (Pouillé de Bourges, p. 38) ; Abbas Sancti Satiri, 1351 (Pouillé de Bourges, p. 73) ; Abbaye de Sainct Satur, décembre 1361 (A.N.-JJ 91, n° 199, fol. 97 v°) ; L’Abbaye de Sainct Satur, janvier 1418 (A.N.-JJ 170, n° 114, fol. 128) ; Aux religieux de Sainct Satur, septembre 1446 (A.N.-JJ 178, n° 138, fol. 84 v°) ; L’abbaye et convent de Saint Satur soubs Sancerre, 1454 (A.D. 18-13 H, abbaye Saint-Satur) ; L’Abbaye de Sainct Sateur, 1567 (Nicolay, Description générale de Berry, p. 201, 203-204) ; Abbatem Sancti Satyri, Ordinis Sancti Augustini, 1648 (Pouillé de Bourges, p. 106) ; Abbas Sancti Satyri, prope Gondonium Castrum, 1648 (Pouillé de Bourges, p. 137, 138, 139, 140) ; Abbaye Saint Satur, de Sancto Satyro, alias de Castro Gordonis seu Gordenico, ordre de Saint Augustin congrégation de Friardel, 5 septembre 1766 (A.D. 18-2 F 147, fol. 11) ; Saint Satur, martyr, patron de l’abbaye, Saint Genefort, patron de la paroisse, 5 septembre 1766 (A.D. 18-2 F 147, fol. 16) ; Abbaye Saint Satur, [fête :] 7 mars, de Saint Satur, d’hommes, de l’ordre des Chanoines Réguliers de Saint Augustin, Sanctus Satyrus, alias Castrum Gordonis vel Castrum Gordonicum, patron : le Roi, le Pape, 5 septembre 1766 (A.D. 18-2 F 147, fol. 83) ; Abbaye Saint Satur, paroisse de Saint satur, ordre de chanoine régulier de Saint Augustin, patron : le Roy, collateur : bulles, la communauté est supprimée, 1772 (Pouillé de Bourges, t. 2, fol. 23b-24a, 30b). Vers 450, saint Romble aurait fondé à Subligny une abbaye qui aurait été transporté à Saint-Satur au XIe s. Collégiale de chanoines séculiers, puis abbaye de chanoines réguliers de l’ordre de Saint-Augustin, 5 novembre 1131, A.D. 18-13 H 6, fondée par Mathilde, victorins en 1541, réforme de Bois-Achard en 1557-1558, dont la mense conventuelle, les offices claustraux et les bénéfices furent unis au séminaire des pauvres prêtres, par décret de l’archevêque de Bourges, du 30 septembre 1774. Cartulaire : A.D. 18-13 H 5. A.N.-K 176 ; A.D. 18-13 H 1-215 ; Léon X, Regesta, n° 8674 et 9379.

Saint Sulpice.
18 Abbaye-Saint-Sulpice-de-Bourges. Cne de Bourges. Navensis ecclesie benefica, vers 650 (Cartulaire de Saint-Sulpice de Bourges, charte 2, p. 28) ; Sacrosanctae basilicae Sancti Sulpici Navensis monasterii qui est in suburbio Biturigae civitatis constructus, vers 814 (Cartulaire de Saint-Sulpice de Bourges, charte 40, p. 100) ; Sacro sancte basilice Sancti Sulpicii Navensis monasterii id est in suburbio Biturige cilliter [civitatis] constructus ubi ipsie pius confessor habetur humatus, 820 (Cartulaire de Saint-Sulpice de Bourges, charte 35, p. 94) ; Sacro se reverentissimo Sancti Sulpicii monasterio quod est constructum in pago Biturico super fluvium Avere ubi preciosissimum corpus ipsius Sancti Sulpicii confessoris Christi requiescit, 841 (Cartulaire de Saint-Sulpice de Bourges, charte 113, p. 206) ; De monasterio almi presulis Sulpicii quod itum est in suburbio Biturige civitatis, 855 (Cartulaire de Saint-Sulpice de Bourges, charte 1, p. 23) ; Sanctus Sulpitius Bituricensis, alia Navense monasterium, IXe s. (Gallia Christiana, t. II, Instrumenta, col. 126) ; Abbatia Sancti Sulpitii Bituricensis, 3 janvier 1183 (A.D. 18-1 G 28, pièce 1, bulle du pape Lucius III) ; Abbatia Sancti Sulpitii, ordinis Sancti Benedicti, XIIIe s. (A.D. 18-1 G 3, Pouillé de Bourges, p. 24) ; Religioso viro domino Guillelmo de Sancto Georgio, abbate Sancti Sulpicii Bituricensis, 30 octobre 1310 (A.D. 18-4 H 155) ; Abbas Sancti Sulpicii Bituricensis pro se et conventu suo et officialibus suis, 1327 (Pouillé de Bourges, p. 26) ; Abbas et conventus Sancti Sulpicii Bituricensis, 1351 (Pouillé de Bourges, p. 59) ; Abbaye de Sainct Sulpice de Bourges, avril 1361 (A.N.-JJ 89, n° 701, fol. 336 v°) ; L’abbaye Sainct Sulpice, de l’ordre Saint Benoist, anciennement appellée Nostre Dame Dame de la Nef, assize au faulxbourg de Montchevry, 1567 (Nicolay, Description générale de Berry, p. 47, 203) ; Saint Sulpice, Bénédictins, faubourg de Saint Suplice, 1705 (B.M. de Bourges, plan Nicolas de Fer) ; Saint Sulpice est une ancienne abbaye fondée au VIIIe s. ; elle est occupée par les bénédictins de la Congrégation de Saint Maur et est située dans la paroisse de Saint Médard. Sanctus Sulpitius, 5 septembre 1766 (A.D. 18-2 F 147, fol. 9) ; Abbaye Saint Sulpice, de Sulpicio seu de Nave, ordre de Saint Benoît, congrégation de Saint Maur, 5 septembre 1766 (A.D. 18-2 F 147, fol. 11) ; Abbaye Saint Sulpice le Débonnaire, 2d du nom, Notre Dame, titulaire, Saint sulpice lez Bourges, ordre de Saint Benoît, de la Congrégation de Saint Maur, Sanctu Sulpitius vel Maria, seu Navense Monasterium, &, Sancta Maria de Navi, patron : le Roi, autrefois régulière, 5 septembre 1766 (A.D. 18-2 F 147, fol. 48) ; Abbaye Saint Sulpice, paroisse Saint Médard, ordre de Saint Benoist, patron : le Roy, collateur : bulles, 1772 (Pouillé de Bourges, t. 2, fol. 23b-24a). Bien Natonal. Notre Dame de Navense, VIIe s., ainsi appelée parce que située dans le lieu où abondaient les bateaux au confluent des rivières de l’Auron, du Langis, du Moulon et de l’Yèvre, jusqu’au jour où saint Sulpice y fut enterré en 644 ; il en prit alors le nom. Abbaye bénédictine fondée par saint Sulpice ; congrégation de Chezal-Benoît en 1497, de Saint-Maur en 1636 (A.D. 18-4 H 154). Privilège de plaider devant le bailli de Berry ou ses lieutenants, donné à l’abbaye Saint-Sulpice lez Bourges, qui a beaucoup souffert du siège naguère mis devant la ville, octobre 1455 (A.N.-JJ 187, n° 141, fol. 73). Vidimus confirmatif, donné à la requête de l’archevêque de Bourges, abbé de Saint-Sulpice dud. lieu, de ressortir en 1re instance au bailli de Berry pour toutes ses causes, notamment en raison des dommages subis par l’abbaye du fait de la guerre, février 1467 (A.N.-JJ 194, n°232 et 233, fol.125-128). Cartulaire : B.N.-Ms lat. lat. 13819, Coll. Baluze t. 38, Coll. Moreau t. 1 ; A.D. 4 H 8, 2 F 51. A.D. 18-4 H 1-822.

Saint Vincent.
28 Abbaye-Saint-Vincent-aux-Bois. Cne de Saint-Maixme-Hauterive. Inventaire des titres de l'abbaye de Saint Vincent aux Bois, vers 1116-1741 (A.D. 28- H 3907) ; Inventaire des titres et papiers de l'abbaye de Saint Vincent aux Bois, 1132-1709 (A.D. 28- H 3906) ; Sanctus Vincentius de Nemore, 1184 (A.D. 28-H, Abbaye de Saint-Vincent-aux-Bois) ; Inventaire des titres et papiers de l'abbaye de Saint Vincent aux Bois pour ce qui regarde Dreux et Flonville, 1214-1737 (A.D. 28-H 3948) ; Fief du Prieuré de Saint Vincent aux Bois, relevant de Châteauneuf, 1263 à 1756 (A.D. 28-E 1372) ; Sanctus Vincentius in Nemore, 1271 (A.D. 28-H, Abbaye de Saint-Vincent-aux-Bois) ; Sanctus Vincentius de Nemore, vers 1272 (Pouillé de Sens, p. 105) ; Abbatia Sancti Vincentii in Nemore, 1351 (Pouillé de Sens, p. 171) ; Saint Vincent du Boys, 1364 (A.D. 28-H, Abbaye de Saint-Vincent-aux-Bois) ; Saint Vincent ou Boys, 1461 (A.D. 28-H, Abbaye de Saint-Vincent-aux-Bois) ; Saint Vincent des Boys, 1468 (A.D. 28-H, Abbaye de Saint-Vincent-aux-Bois) ; L’Abbaye de Sainct Vincent au Boys, décembre 1494 (A.N.-JJ 226B, n° 1153, fol. 217 v°) ; Abbas Sancti Vincentii in Nemoribus, fin XVe s. (Pouillé de Sens, p. 216) ; Nomination par le duc d'Orléans d'Esprit Jean André de Sonning, maitre des novices de l'abbaye de Saint Victor, à l'abbaye de Saint Vincent aux Bois, à la place de [Léon] de Loynes, décédé, 1708 (A.D. 28-H 4966) ; Abbaye Saint Vincent des Bois, ordre de Saint Augustin, collateur et présentateur : le Roy, paroisse de Saint Mesme ou Abrouville, 1738 (Pouillé de Chartres, p. 6, 29) ; Inventaire des titres de l'abbaye Saint Vincent, 1761 (A.D. 28-H 4968) ; Abbaye Saint Vincent, XVIIIe s. (Carte de Cassini) ; Saint Vincent aux Bois, 1817 (Cadastre de Saint-Maixme) ; Saint Vincent, 1934 (Cadastre). Commune de Saint-Maixme. Abbaye de chanoines réguliers l’ordre de Saint-Augustin, fondée en 1066 par l’évêque Geoffroy, dotée vers 1130 par Hugues, seigneur de Châteauneuf-en-Thymerais. Fief. Congrégation de France. Cartulaire : B.N.-Ms lat. 11926, Ms français 9498 ; A.D. 28 H 3907. A.N.-K 177 ; Bibliothèque de l’Arsenal, Ms 5260, fol. 135 ; Bibliothèque Sainte-Geneviève, Ms 1779 et 1939. Fief. A.D. 28- H 3906-3974, 4965-4968.

  • Vues: 21
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Denis Jeanson - 209 Chemin de Rampau - 42110 PONCINS